Votre curriculum

Qu’est-ce qui fait la différence entre un CV qui va finir directement à la poubelle, et un autre qui retiendra suffisamment l’attention pour conduire à un entretien ? Cela tient en 2 choses très simples :

  • Est-ce que les compétences nécessaires pour le poste sont présentées dans ce CV ? Évidemment, on ne va pas perdre de temps à lire le CV d’un développeur si le poste à pourvoir concerne l’administration de base de données.
  • Est-ce que les informations sont rapidement accessibles ? Un CV se lit en plusieurs passes, chacune plus longue et détaillée. La première passe prend moins de 10 secondes. Si en survolant votre CV en diagonale on n’en comprend pas les éléments-clés, vous avez tout faux.

Voici à mes yeux les caractéristiques que doit posséder un CV :

  • La sobriété. Pas de titre énorme, pas de police de caractères étrange. Inutile d’écrire votre nom en taille 80 en haut de la page, au milieu d’un grand espace vide. Cherchez une mise-en-page simple, de bon goût, et (surtout) très lisible.
  • La synthèse. Dès le début du CV (par exemple en haut à gauche, à côté des informations d’état civil nécessaires mais peu intéressantes), écrivez une phrase claire et simple qui « pose » votre candidature. Cette phrase doit expliquer en quelques mots quel est votre domaine, votre expérience et votre choix. Pensez à l’adapter en fonction de l’entreprise à qui vous envoyez votre CV.
    • Par exemple : 3 ans d’expérience en administration système, cherche à se spécialiser dans les bases de données.
    • Ou encore : Expert en programmation kernel Linux spécialisé dans les systèmes temps réel.
    • Pour ma part, j’ai longtemps utilisé : X ans d’expérience en gestion de projet, dont Y années dans le Web et la téléphonie mobile.
  • La clarté. Beaucoup de gens font l’erreur d’écrire de longues phrases dans leur CV. Malheureusement, cela impose de prendre le temps de les lire pour en tirer les informations que l’on cherche. Parfait pour ne pas résister à la première passe de lecture ! Privilégiez au contraire une approche concise. Pour chaque expérience professionnelle, écrivez une courte phrase qui se contente de citer l’intitulé de votre poste, le nom de l’entreprise et son activité. Ensuite, faites une liste (pas plus de 5 ou 6 lignes) reprenant les points essentiels de votre tâche et de vos réalisations. Encore une fois, pensez « synthétique » et pas « littéraire ».
  • La cohérence. Si vous avez peu d’expérience professionnelle, vous insisterez sur votre formation et sur les projets réalisés durant vos études. Si vous avez déjà quelques années d’expérience, passez rapidement sur votre cursus (sans le dévaloriser) pour vous étendre plus volontiers sur vos précédents jobs. N’oubliez pas de parler de vos réalisations personnelles, tant qu’elles ont un rapport avec votre parcours global. Si vous avez travaillé sur des projets open-source, ou réalisé un site Web ayant un minimum d’ampleur, dites-le ; ça peut faire la différence.

N’oubliez pas qu’il ne jamais mentir dans un CV. Une entreprise qui vous embaucherait sur un faux CV pourrait vous virer et vous trainer en justice.
Par contre, on peut parfois omettre certains points, tant que ça reste anecdotique. Par exemple j’ai travaillé dans une entreprise qui, au bout de 4 ans, a fusionné avec une autre boîte ; je me suis retrouvé à bosser moins de 3 mois dans cette entité réunifiée. Eh bien je ne cite pas ces 3 mois sur mon CV ; par souci de clarté je les intègre aux 4 années d’expérience. Par contre, je l’expliquais oralement, en toute honnêteté, lors des entretiens que j’ai eus à passer par la suite.

Edit

Vous pouvez aussi aller voir mon post consacré aux photos sur les CV.

8 réponses sur “Votre curriculum”

  1. Une chose supplémentaire : évitez de mettre vos centres d’intérêt sur votre CV. Sincèrement, on ne s’intéresse pas à vos loisirs, surtout si c’est « lecture, cinéma, musique, sport » (comme sur 95% des CV). Ce qui nous intéresse, c’est de savoir si vous convenez pour le poste, ce qui réclame des qualités techniques et humaines.

    Bon, si vous avez accompagné la Croix-Rouge pendant 3 mois au Bangladesh, ou que vous êtes bénévole pour Reporter sans Frontière, c’est différent. On est d’accord.

  2. Bonjour,

    Votre billet me semble intéressant et de bon sens.

    Mais j’aimerais avoir votre avis sur la meilleur rédaction d’un CV lorsque l’on a un parcours qui peut sembler peu étrange. J’ai après un bac scientifique travaillé fait des études d’archéologie et tavaillé pendant quinze ans comme archéologue (responsable de base technique) avant de changer d’orientation en faisant du développement web (ce que je fais depuis une douzaine d’années).

    Même si j’ai toujours travaillé avec des outils informatiques en archéologie ce parcours peut sembler je suppose un peu « bizarre ».

    Or il me semble que je ne peux pour autant « omettre » de parler de cette activité, car cela ferait un gros trou dans ma biographie ! Le recruteur pourrait légiitimement se demander ce que j’ai bien pu faire entre 20 et 35 ans…

    Faut-il dans ce cas signaler cela en une ligne et passer à autre chose ou essayer d’en faire ressortir les points positifs ? Car après-tout en archéologie on manie pelle et truelle tout en gérant des équipes, on pousse des brouettes puis on rédige des rapports scientifiques, on négocie avec des interlocuteurs institutionnels aussi bien qu’avec des entreprises de TP, on gère des budgets parfois importants etc. c’est une école somme-toute assez polyvalente.

    Avez-vous déjà eu des cas de ce type et comment pensez-vous qu’il aurait fallu tourner les choses pour que ce soit, sinon un plus valorisant, du moins quelque chose de non rédhibitoire ?

  3. Votre question est intéressante.

    De manière générale, il faut mettre sur votre CV tout ce qui peut être utile pour votre recherche d’emploi. Si dans votre expérience en archéologie vous avez manipulé des outils informatiques de manière assez poussée, indiquez-le ; si vous avez été amené à gérer des équipes de plusieurs personnes, indiquez-le.
    Mais il faut que ce soit cohérent avec votre recherche actuelle. Si vous postulez en tant que développeur JEE et que les outils que vous avez manipulé sont Word et Excel, ça ne sert à rien (même si vous êtes un dieu de la macro VBscript). Si vous postulez comme chef de projet, et que vous avez juste géré 2 sherpas népalais pour leur apprendre à manier la truelle et le pinceau, il y a mismatch.

    Dans tous les cas, un CV ne peut pas comporter un « trou » de 15 ans sans explication. À vous de présenter les choses de manière positive. L’important, c’est d’éveiller l’intérêt du recruteur, lui donner envie de vous rencontrer.

    Personnellement, j’essaye de voir si les CV que je reçois donnent des indices laissant penser que le candidat possède les qualités humaines et techniques nécessaires pour le poste. Et le plus important est d’imaginer si la personne sera capable d’évoluer dans sa carrière, et si cette évolution pourra se faire chez nous. Donc je suis à la recherche de n’importe quelle expérience qui montre que la personne s’implique dans ses tâches, qu’elle est ambitieuse, qu’elle a envie d’apprendre et de progresser.
    Le genre d’expérience que vous me décrivez sera toujours un gros « plus » par rapport à quelqu’un d’autre qui aurait par ailleurs la même expérience purement informatique.

  4. Merci de votre réponse,

    Je suis actuellement en activité libérale, mais on ne sait jamais ce que l’avenir peut réserver !

    En pratique mon CV m’a une fois permis de « décrocher » un boulot dans un grand groupe, à cause précisément de cette expérience un peu plus variée que la moyenne, mais une autre fois j’ai le sentiment que cela m’a desservi. Je suppose donc que le DRH qui m’avait recruté devait avoir tenu un peu votre raisonnement, à toutes choses égales par ailleurs, il a du supposer que je n’avais pas les deux pieds dans le même sabot et que ça pouvait être utile à un chef de projet.

    Dans l’autre cas je ne sais pas, j’ai eu le sentiment que mon parcours le dérangeait, ne rentrait pas dans ses cases à lui. J’avais pourtant davantage le profil du poste, mais il ne faut pas non plus faire de paranoïa, il se peut simplement qu’il ait trouvé quelqu’un plus qualifié et/ou expérimenté.

  5. Bonjour,
    j’ai lu votre article avec beaucoup d’intérêt.
    Je suis actuellement développeur dans un petite société. Je suis autodidacte et ai profité d’une « évolution transversale » dans l’entreprise pour faire du développement et apprendre par la pratique.
    Une question qui me paraît être spécifique au monde de l’informatique: la notion d’ingénieur.
    Beaucoup de mes collègues ou amis informaticiens justifiant d’une bonne expérience se disent « ingénieur études et développement » alors qu’ils ont un BTS ou une licence pro, voire une formation professionnelle de quelques mois.
    On entend dire que l’intitulé « analyste programmeur » n’est jamais utilisé par les recruteurs et que l’on doit intituler son CV « ingénieur … » pour pouvoir prétendre à un poste d’analyste programmeur.
    Je ne le fait pas actuellement car je préfère rester honnête sur mon parcours mais je constate que mes candidatures sont systématiquement écartées. Les seuls intérêts pour mon profil ont été par des chasseurs de tête qui n’ont jamais donné de suite.
    Quel est votre avis sur ce point?

  6. Pour ma part, si je reçois le CV d’un candidat se proclamant «ingénieur» avec un diplôme BAC+2 ou BAC+3, sans avoir au moins 5 ans d’expérience professionnelle à un poste pouvant justifier une équivalence, je ne donne pas suite. Parce que mentir sur son CV n’est pas la meilleure manière de commencer une relation professionnelle qui devrait plutôt être basée sur la confiance.

    Inversement, j’ai déjà fait des propositions d’embauche, et parfois embauché, des personnes totalement autodidactes. Ils avaient à chaque fois des compétences techniques et des qualités personnelles réelles. Ceux que je n’ai pas embauché avaient reçu de meilleures offres ailleurs ; ils n’avaient aucun problème pour trouver un bon emploi.

    Même si − en France − on reste très attaché à la valeur du diplôme, les gens qui sont très bons, qui ont une expérience à faire valoir, qui sont passionnés, et qui sont honnêtes, réussissent toujours à faire progresser leur carrière.

    Dernière chose : L’intitulé «analyste programmeur» est peu utilisé, c’est vrai. De nos jours, on aurait tendance à simplement rechercher un «développeur» (quitte à spécifier «développeur PHP», «développeur embarqué», etc.).
    Par contre, il faut bien comprendre la différence :
        – «développeur», c’est un poste.
        – «ingénieur» c’est un titre.

    On n’a pas besoin du titre d’ingénieur pour travailler en tant qu’informaticien (contrairement à d’autres professions comme médecin, pharmacien ou architecte). Mais ça ne veut pas dire qu’on peut impunément se prévaloir d’un titre que l’on n’a pas.

  7. Cet article me rappel une journée « recruteur » que j’avais eu en BTS. L’idée de base était super , 5 recruteur venait à notre rencontre et on passait 5 entretien avec debriefing à la fin.
    Très très instructif , notemment au niveau du CV où la seule chose que j’ai retenu c’est qu’il faudrait appeler chaque recruteur pour savoir ce qu’il veux.

    J’ai l’habitude d’avoir un CV, un peu original graphiquement tout en restant sobre et très lisible. Sur 5 recruteurs 3 trouvaient ça très bien (ca permet de sortir un peu de la pile) les autres trouvaient ça inutile et voulais absolument un CV en mode bloc de texte noir et blanc.
    Idem pour les loisirs , la photos, les infos indispensables où non.

    Récemment après un entretien , le recruteur m’avais fait remarqué que « Cursus scolaire » devait se trouver avant « Expériences professionnelles » ce qui n’était pas le cas sur mon CV car après 4 ans d’XP pro je juge celà plus intéressants qu’un bac +3. Pour ce recruteur l’important était mon, diplome, pour le suivant c’était l’expérience…

    Bref il est à mon sens impossible de faire un CV universel. On peut avoir quelques « guidelines » mais guère plus.

  8. @Grunk : C’est assez vrai. Il n’y a pas de règle absolue. Par contre, il y a des choses qui sont assez communément peu appréciées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.