Pas de productivité miracle

Il existe un grand nombre de soit-disant « méthodes », qui sont censées nous enseigner tout ce que nous avons besoin de savoir pour augmenter notre productivité de manière incroyable. Qu’ils s’agisse de livres ou de sites web, vous les trouverez sous des noms plus tentants les uns que les autres : « 101 trucs pour booster votre productivité« , « Travaillez à 400%« , « Soyez 10 fois plus productif« .

Évidemment, il existe des vraies méthodes d’organisation personnelle qui permettent d’augmenter notre efficacité et donc notre productivité, comme la très connue méthode GTD.

Il faut comprendre la différence entre ces deux approches.
Les méthodes d’organisation personnelle offrent des outils qui aident à faire les bons choix dans le traitement des tâches qui nous incombent. Elles se focalisent principalement sur la définition et l’identification des priorités, et le tri rapide des tâches. Leur efficacité est réelle, même si elle est inversement proportionnelle à l’organisation « naturelle » de la personne qui en applique les principes.

A contrario, les méthodes de « productivité miracle » font miroiter la possibilité de traiter plus de tâches sur la même période de temps.
Cela peut être atteint en agissant sur deux fronts : traiter les tâches plus rapidement, et réduire les périodes non consacrées au travail directement productif. C’est très honorable, et au final assez naturel quand on essaye d’optimiser notre productivité. Mais espérer multiplier sa productivité par 3, 4 ou 10, semble plutôt naïf.

  • La plupart du temps, quand on traite une tâche on le fait avec une efficacité relativement satisfaisante. Même s’il est toujours possible d’améliorer les choses (par exemple en supprimant les éléments perturbateurs, afin d’améliorer la concentration), il est souvent vain de vouloir traiter une tâche deux fois plus vite que d’habitude. On est surtout sûr de la traiter deux fois moins bien.
  • Réduire le temps non productif est une très bonne idée. Une partie de ce temps est nécessaire et relativement incompressible : tout le temps qu’on passe en formation (à en donner et à en recevoir), à réfléchir à des spécifications, à encadrer son équipe, …
  • Reste le temps pendant lequel on se gratte la tête, on joue avec des trombones, on touille son café, on va lire le journal au toilettes… Hum. Même en imaginant que vous perdiez ainsi 2 heures par jour (grosse feignasse !), et en espérant diviser ce temps par trois − ce qui constitue déjà un bonne optimisation − vous ne gagnerez que 40 minutes par jour. On est loin de la productivité décuplée !

Donc oubliez les solutions miracles. Faites votre boulot posément et dans le bon ordre. Identifiez les urgences. Déléguez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.