CV, entretien… embauche ?

Reprenons depuis le début. Vous cherchez votre premier emploi, une meilleure place que celle que vous avez actuellement, ou bien vous ambitionnez un changement de poste plus radical. Vous avez choisi le type d’entreprise qui vous intéresse. À partir de là, les étapes sont assez évidentes.

  • Refaites votre CV.
  • Cherchez les entreprises qui correspondent à vos critères, par leur taille, leur secteur d’activité, les technologies employées, les postes disponibles. Sélectionnez les 2 ou 3 entreprises qui vous intéressent réellement, ainsi que 2 ou 3 autres seconds choix.
  • Envoyez vos CV à ces entreprises, en commençant par les seconds choix. L’idée est d’obtenir d’abord des entretiens dans une ou deux de ces entreprises, pour pouvoir s’entraîner avant de passer les entretiens qui vous intéressent réellement.

Concernant votre CV, je vous incite à lire mon billet consacré à ce sujet.

Les entretiens

Comme je le disais précédemment, essayez de passer au moins un ou deux entretiens dans des entreprises de second choix, avant de passer devant les recruteurs qui vous intéressent réellement. Passer des entretiens, c’est un peu comme une compétition sportive, il vaut mieux s’entraîner avant.

Continuer la lecture de « CV, entretien… embauche ? »

Votre curriculum

Qu’est-ce qui fait la différence entre un CV qui va finir directement à la poubelle, et un autre qui retiendra suffisamment l’attention pour conduire à un entretien ? Cela tient en 2 choses très simples :

  • Est-ce que les compétences nécessaires pour le poste sont présentées dans ce CV ? Évidemment, on ne va pas perdre de temps à lire le CV d’un développeur si le poste à pourvoir concerne l’administration de base de données.
  • Est-ce que les informations sont rapidement accessibles ? Un CV se lit en plusieurs passes, chacune plus longue et détaillée. La première passe prend moins de 10 secondes. Si en survolant votre CV en diagonale on n’en comprend pas les éléments-clés, vous avez tout faux.

Voici à mes yeux les caractéristiques que doit posséder un CV :

Continuer la lecture de « Votre curriculum »

On apprend toujours

La première chose dont il faut être absolument persuadé, c’est qu’on a toujours des choses à apprendre en entreprise.

Quel que soit votre poste, quelles que soient vos responsabilités, quel que soit votre intérêt pour ce que vous faites, il y a de l’expérience à acquérir. Cela peut prendre des formes très variées :

  • Un collègue plus expérimenté vous transmettra son savoir technique.
  • Travailler sur un projet difficile vous forcera à revoir vos méthodes de travail.
  • Côtoyer d’autres personnes, qui oeuvrent parfois dans des domaines différents du vôtre, vous apprend les multiples facettes des relations humaines au travail.

Il est important de se lever chaque matin avec la ferme détermination d’apprendre quelque chose.

Continuer la lecture de « On apprend toujours »

Une start-up ou une multinationale ?

Voilà une question que l’on me pose souvent : Vaut-il mieux rejoindre une petite entreprise ou un grand groupe ?

Le choix n’est pas évident de prime abord. Les deux ont des avantages et des inconvénients. Pour simplifier :

  • Petite entreprise
    • Vous participez pleinement à un projet. Vous êtes en contact direct avec les créateurs de l’entreprise. C’est motivant.
    • Vous n’êtes pas un simple numéro, des choses importantes dépendent de vous. On vous confie rapidement des responsabilités.
    • Votre progression professionnelle se fait au rythme de l’évolution de l’entreprise. Si l’entreprise fonctionne bien et grossit vite, vous progressez de même.
    • Vous avez du poids sur l’organisation et les méthodes. Si vous n’êtes pas content de l’organisation, vous pouvez en proposer une autre ; dans le pire des cas, on vous écoutera de toute manière ; dans le meilleur des cas, vos propositions seront utilisées.

Continuer la lecture de « Une start-up ou une multinationale ? »

Échelle différente, problèmes similaires

Une des choses que j’ai apprises au fil des années et des expériences professionnelles, c’est que les problèmes rencontrés sont globalement les mêmes quel que soit le niveau où l’on se situe. Ce n’est qu’une question d’échelle.

Prenons l’exemple qui nous intéresse particulièrement : la gestion de projet.

  • Un développeur éprouve souvent des difficultés à faire son travail dans de bonnes conditions. Ce qu’on lui demande de faire est très imprécis. Il a beau essayer de faire du mieux qu’il peut, ses supérieurs trouvent toujours quelque chose à lui reprocher (ce n’est pas fait assez vite, ce n’est pas fait assez bien, ce n’est pas fait dans le bon ordre…).
  • Un chef de projet s’arrache régulièrement les cheveux. Il a plusieurs projets à gérer simultanément, chacun étant classé « haute priorité ». Les demandes des clients sont systématiquement incomplètes. Les développeurs ne sont pas disciplinés et font ce qu’ils veulent quand ils le veulent.
  • Un directeur technique doit réussir à trier les différents projets, les affecter aux chefs de projets, suivre de près leur évolution. Il enrage souvent de ne pas avoir les remontées d’informations nécessaires pour anticiper les problèmes, de devoir pallier à la non-organisation de l’ensemble de ses collaborateurs et de passer plus de temps à « résoudre » et « corriger » qu’à « préparer » et « produire ».

Je ne vais pas expliquer maintenant comment il faut s’organiser pour gérer les projets (il y aura plusieurs autres billets sur ce blog à ce sujet). Mais ne voyez-vous pas qu’il y a des tendances qui sont les mêmes ?

Je vois 3 choses fondamentales :

  • L’information entrante : Elle n’est jamais satisfaisante. Si ce sont des spécifications, fonctionnelles ou techniques, elles sont incomplètes. Si c’est une liste de tâches à réaliser ou un ordre de mission, il n’est pas suffisamment clair. La question reste « Qu’est-ce que je dois faire ??? » (et par ricochet quand on doit gérer une équipe : « Qu’est-ce que je dois déléguer ? »).
  • L’organisation : Principalement, cela consiste à savoir qui fait quoi, et dans quel ordre. Et parce qu’elle est – à tort – considérée comme uniquement personnelle, l’organisation est souvent laissée à l’écart des processus globaux de gestion des projets. C’est une erreur, car c’est là que se joue la productivité des collaborateurs d’une entreprise.
  • L’information sortante : Il n’y a jamais de situation réellement insoluble en entreprise. Mais c’est par la qualité de nos remontées d’information que les problèmes pourront être anticipés, que les projets vivront correctement dans la durée, que nous devenons acteurs au lieu de spectateurs.

Ces trois points restent immuables, quels que soient votre poste et vos responsabilités.

Continuer la lecture de « Échelle différente, problèmes similaires »

Je me présente…

Hello,

Pour tout vous dire, je suis effectivement un geek qui a mené sa carrière jusqu’à devenir directeur technique.

Voici un tableau rapide de mon parcours professionnel. Il a commencé de manière tortueuse. J’ai commencé par des études de biologie car je considérais que travailler dans l’environnement était une vocation alors que je voulais garder l’informatique comme une passion, et donc ne pas en faire mon métier. Mais après avoir raté quelques examens, je suis reparti faire des études d’info (et comme c’est bizarre, les choses se sont bien mieux passées).

Continuer la lecture de « Je me présente… »