Durée d’étude et expérience professionnelle

Il existe globalement 3 types de filières de formation :

  • Les études «classiques», en université ou en école d’ingénieur, sur des cursus cours (2 ou 3 ans) ou longs (5 ans).
  • Les études en alternance, avec différentes formules sur des rythmes très cadencés (4 jours en entreprise / 1 jour à l’école) ou très séquencés (3 semaines en entreprise / 1 semaine à l’école).
  • L’autoformation (il ne faut pas négliger les autodidactes, il y en a de très brillants).

Oui, je sais, je simplifie beaucoup les choses, mais c’est pour le bien de mon propos.

Intéressons-nous aux deux premiers types d’études. Elles comportent, l’une comme l’autre, des périodes d’enseignement scolaire magistral (cours en amphi, TD), des périodes d’application pratique (projets) et des périodes de découverte du milieu professionnel (stages ou apprentissage). La seule différence, c’est l’équilibre qui est tenu entre ces trois aspects.
Si je continue à schématiser, ça donne quelque chose comme ça :

  • En université, les cours magistraux forment l’essentiel de la formation.
  • En école d’ingénieur, les projets sont souvent prépondérants, ou tout au moins très importants.
  • En alternance, c’est l’expérience acquise en entreprise qui constitue la majeure partie du temps de formation.

Notez bien que je ne porte pas le moindre jugement sur ces différences. J’en parlerai peut-être dans un autre article, mais ce n’est pas le sujet pour le moment. Sachez juste qu’ayant passé 3 ans à la fac, 4 ans en école d’ingénieur, pour avoir embauché des informaticiens de tous profils et pour avoir donné des conférences dans des établissements assez différents, j’ai une vision assez précise de tout ça.

La chose qui ne cesse de m’étonner, c’est la perception que les informaticiens ont de leurs cursus, et comment ils les présentent lors des entretiens d’embauche.

Continuer la lecture de « Durée d’étude et expérience professionnelle »

Attention aux mercenaires

Vendredi dernier, j’ai fait passer un entretien d’embauche. J’en fait passer régulièrement, c’est une activité chronophage mais malheureusement nécessaire.

Là, je recevais un jeune homme qui avait un profil autodidacte, chose qui ne me dérange pas outre mesure tant que les connaissances, les capacités et la motivation sont là. Malheureusement pour lui, il a lamentablement échoué à un petit test technique de rien du tout, qui me sert habituellement de «filtre passe-bas». Comme je cherche un développeur expérimenté, c’était évidemment rédhibitoire.

Quand je fais passer un entretien − à plus forte raison quand je m’apprête à l’écourter − je prends le temps de donner un feed-back au candidat. Je peux lui donner quelques trucs dont je parle sur ce blog, concernant le CV ou l’entretien lui-même, ou lui donner quelques pistes dans sa recherche. On ne se refait pas.

Là, le jeune homme avait sur son CV un parcours particulier : une première expérience d’un an en contrat pro, puis une autre expérience d’un an, puis enfin son poste actuel qu’il occupait depuis moins de 2 ans. Quand je vois ce genre de chose, je demande toujours au candidat de m’expliquer. Jusqu’ici, j’avais toujours eu des réponses satisfaisantes ; on m’expliquait que le poste était moins intéressant que prévu, ou que que l’entreprise n’offrait aucune perspective d’évolution, ou encore que les attentes de l’entreprise étaient trop élevées et que le candidat s’était mis à la recherche d’un poste lui permettant de développer son expérience.
Bref, dans tous les cas, les personnes en face de moi ont toujours tenté de m’expliquer qu’il s’agissait d’erreurs de parcours ponctuelles.

Bizarrement, ce candidat a réagi tout autrement. Il m’a dit que le turn-over est un fait en informatique, que les développeurs restent entre 6 mois et 1 an et demi dans leurs entreprises, qu’il est normal de vouloir changer d’air régulièrement. Quand je lui ai dit que les entreprises cherchent des employés pour les garder longtemps, il m’a dit qu’il n’était pas d’accord (sic) et qu’aucun autre recruteur ne lui avait jamais posé ces questions ni fait ces remarques.
(Je lui ai demandé si les autres recruteurs qu’il avait rencontré l’avaient rappelé, il m’a dit que non. Étonnant, hein ?)

Où est le problème ?

En fait, il faut se rendre compte que lorsqu’une entreprise embauche une personne, c’est dans l’idée d‘investir dessus. Investir en prenant le temps de la former, ce qui génère des coûts par son salaire alors qu’elle n’est pas productive, mais aussi par le manque à gagner sur le salaire des personnes qui la forment et qui ne sont donc pas productives non plus durant cette période. Investir en comptant qu’il lui faudra une certaine période d’adaptation au métier de l’entreprise, à ses outils, à ses procédures.

Continuer la lecture de « Attention aux mercenaires »

Citation du jour : Guy Kawasaki

Je suis en train de lire le livre L’art de se lancer par Guy Kawasaki. C’est un livre très intéressant, dont je ferais une critique sur ce blog.

J’y ai lu aujourd’hui deux phrases que je voudrais partager avec vous :
“ Les gens qui sont bons acceptent d’être responsables. Les gens qui sont très bons demandent à l’être. ”

Je sais, ça paraît évident. Mais regardons-y de plus près.

J’ai connu 3 types de collègues :

  • Des personnes qui se satisfont de leur sort. Après avoir fait leur trou, elles s’y sentent bien et ne veulent pas risquer de quitter leur « zone de confort ».
  • Des ambitieux aux dents qui rayent le parquet. Ils cherchent à faire ami-ami avec le boss, à faire du lobbying, à obtenir des responsabilités et des prérogatives qu’ils ne méritent en rien.
  • Des gens sérieux et travailleurs, qui mettent leur énergie et leur conscience professionnelle au service de leur entreprise.

La troisième catégorie est la seule qui mérite qu’on s’y attarde. Ces personnes gravissent souvent des échelons sans s’en rendre compte. À force de travail, elles prouvent qu’elles valent plus que ce pourquoi elles ont été engagées. Un jour, le patron se rend compte qu’une part importante du travail repose sur les épaules d’une de ces personnes, que son champ d’opération déborde largement de ce qui est prévu.
L’exemple le plus simple : Combien de développeurs ai-je vu qui n’hésitaient pas à prendre d’eux-même en charge des responsabilités qui ne leur incombaient pas, et ce faisant, se retrouvaient à passer chef de projet plus vite que prévu ?

Quelqu’un qui est compétent et qui montre un bon esprit se verra confier des responsabilités, qu’il acceptera sûrement. Mais pour les mêmes raisons, quelqu’un de vraiment compétent et avec un très bon esprit fera déjà le boulot en question sans qu’on lui ait dit de le faire.

Et alors ?

Guy Kawasaki exprime cette pensée dans un chapitre consacré au recrutement. C’est une des raisons qu’il donne pour pousser à embaucher les meilleurs collaborateurs possibles, pas juste des personnes moyennes qui semblent convenir passablement. Et je confirme : c’est important !

Maintenant, de votre point de vue, comment vous définiriez-vous ? Êtes-vous bon, ou très bon ?

Faire l’évaluation annuelle de votre équipe

La plupart des entreprises font une évaluation annuelle ou biannuelle de tous leurs collaborateurs. C’est un moment important, pendant lequel l’employé et son supérieur hiérarchique font le bilan du travail effectué, redéfinissent la mission et les résultats attendus. C’est souvent le bon moment pour parler ouvertement de ce qui va et ne va pas au niveau de l’entreprise, des méthodes de travail, des relations professionnelles, etc.

Pour un manager

Vous devez faire passer les entretiens d’évaluation des membres de votre équipe. Ils attendent ce moment, peut-être avec plus d’impatience que vous ne pensez, car ils y voient – à juste titre – un moment privilégié pour partager avec vous leurs problèmes et leurs doutes.
Prenez le temps de préparer convenablement chaque entretien. Si vous n’avez vraiment pas de temps à y consacrer, essayez plutôt d’organiser des discussions plus informelles autour d’un café ; vous pouvez même le faire dans un bar ou un restaurant, pour sortir du cadre de l’entreprise ; ce genre de discussion peut se révéler presque aussi productif qu’un entretien carré.

Il est assez classique d’utiliser 2 indicateurs pour évaluer les personnes : le Skill et le Will. Ces deux barbarismes sont assez simples à comprendre :

  • Skill : les connaissances, les capacités, ce que sait faire le collaborateur.
  • Will : la volonté, l’implication du collaborateur, ainsi que son ambition.

Continuer la lecture de « Faire l’évaluation annuelle de votre équipe »

L’encadrement des juniors

L’encadrement de juniors (stagiaires et jeunes diplômés) est un sujet assez vaste, et je vais juste aborder ici un point de détail qui concerne la manière dont les entreprises abordent leur productivité.

Il existe un principe de base qui est valable pour tout le monde :
« Comprendre ce qu’on fait et ce sur quoi on travaille »

Quand on embauche une personne qui a de l’expérience, c’est souvent pour la faire travailler sur des projets assez pointus. Dans ce cas, on s’attend communément à ce que la complexité de la tâche implique un « temps de démarrage » conséquent.

Il est assez logique que les juniors, pour leur part, se voient affecter des tâches plus accessibles d’un point de vue technique. Mais de nombreuses personnes voudraient qu’un junior soit immédiatement opérationnel. La réflexion qui est faite est du style : « Ce n’est pas bien compliqué, franchement, il devrait avoir terminé dans 2 jours, non ? ».
Le problème, c’est que n’importe quel travail doit se faire en ayant une maîtrise de son environnement et de ses impacts potentiels.

On ne peut pas demander à un jeune embauché de faire du bon boulot, si on n’a pas pris le temps de le former correctement sur les méthodes et outils spécifiques employés dans l’entreprise. Même si le travail demandé semble mineur, il faut se souvenir que l’expérience du collaborateur est limitée elle aussi. Un défaut d’encadrement peut conduire à des situations désagréables. La plus commune est que le junior, après avoir travaillé 3 jours sans avoir reçu de formation interne, doit recommencer tout le travail parce qu’il n’a pas respecté les directives qu’il n’a pourtant pas eues. On voit aussi fréquemment des personnes qui commencent à modifier du code sans le comprendre, générant un nombre incroyable de bugs de régression.

La pire situation que j’ai vue, c’est une entreprise qui formait ses jeunes « à la dure » : aucune formation, directement affectés aux débuggages ! Autant vous dire que ce n’était pas très efficace…

Si vous encadrez un junior

Vous devez lui fournir toutes les informations nécessaires. On ne laisse pas les gens se débrouiller tous seuls ; cela revient à les laisser dans la merde. Prenez le temps d’expliquer les méthodes, outils et usages qui ont cours dans votre entreprise. Faites leur faire un premier projet pour se faire la main, sur lequel vous les encadrerez de très près.

Continuer la lecture de « L’encadrement des juniors »

Les erreurs à ne pas faire en entretien

Je vais réagir un peu à chaud, suite à quelques entretiens catastrophiques que j’ai fait passer dernièrement. Je vous ai déjà parlé des entretiens d’embauche, mais là je vais être très directif, presque lapidaire.

Soyez ponctuel

L’entretien d’embauche, c’est LE moment où il faut séduire le recruteur. Si vous êtes en retard le jour où vous devriez être au top, à quoi s’attendre au bout du quatrième mois de boulot sur un projet difficile ? Vous arriverez tous les jours après 11 heures du matin ?

Prenez soin de noter les coordonnées téléphoniques que vous pourrez appeler en cas de problème.

Apportez plusieurs copies de votre C.V.

Si vous arrivez les mains dans les poches, qu’est-ce que ça peut donner comme indice quant à votre envie de décrocher le poste ?

Par pitié, au moment où on vous demande « Vous avez une copie de votre C.V. ? », ne répondez surtout pas « Il est disponible sur Internet, vous pouvez l’imprimer » ! Cela revient à dire que c’est au recruteur de prendre le temps que vous n’avez pas voulu prendre vous-même.

Le plus « amusant », c’est que bien souvent le gros problème n’est pas pour le recruteur, mais pour le pauvre candidat qui se retrouve à tenter de présenter son parcours sans le support de son curriculum.

Connaissez-vous vous-même

En tant que candidat, vous devez fournir à votre interlocuteur des raisons de vouloir vous embaucher. Pour cela, vous allez lui parler de vos études et des entreprises où vous avez travaillé, mais ça ne l’intéressera pas. Ce qu’il veut, c’est que vous lui expliquiez en détail ce que vous savez faire, ce que vous avez fait, et ce que vous avez envie de faire.

Détaillez le travail que vous avez réalisé durant vos précédentes expériences professionnelles et/ou vos projets d’étude. Expliquez les problèmes que vous avez rencontrés, les solutions que vous avez appliquées, ce que vous avez appris. Dites si vous avez travaillé tout seul ou au sein d’une équipe, et alors expliquez votre rôle.

Il y a 2 situations qui sont difficilement supportables :

Continuer la lecture de « Les erreurs à ne pas faire en entretien »

Livre : Managing Humans

Je vais vous parler un peu d’un très bon livre, nommé Managing Humans, écrit par Michael Lopp et publié par Apress en 2007. Depuis 2002, il tient sous le pseudonyme de Rands le blog Rands in repose, dans lequel il parle de ses expériences en tant que manager d’équipes techniques. Et il en a des choses à dire, le bougre, après avoir travaillé pour Symantec et Netscape, entre autres.

Managing Humans - couverture

Le sous-titre du livre est assez explicite : « Biting and humorous tales of a software engineering manager ». Le livre est truffé d’anecdotes amusantes, de mises en situation réelles ou imaginaires, qui en font un ouvrage à part dans l’univers très fourni des livres dédiés à la gestion de projet et au management.
Personnellement, j’ai une affection particulière pour ce livre. Je l’ai acheté à sa sortie en 2007, alors que j’étais en train de créer mon entreprise. Je n’y ai pas trouvé de recette miracle, mais plein d’exemples de choses à faire ou ne pas faire ; je pense avoir évité plusieurs pièges dans la création de mon équipe grâce à ce livre.

Ne pas être un con

Le premier chapitre du livre se nomme « Don’t be a prick ». L’ensemble des 209 pages pourrait être résumé dans cette simple phrase. Ça paraît débile tellement c’est simple. Mais au cours de ma carrière, j’ai franchement rencontré tellement de personnes qui agissaient comme des gros cons, que ça mérite d’être souligné. Que ce soit par bêtise, inexpérience, indélicatesse, fainéantise, vanité ou parce qu’ils n’avaient rien à faire à ce poste, il est sidérant de voir combien de dirigeants sont inaptes à gérer les hommes et les femmes qui composent leurs équipes.

Le carquois du management

Rands utilise une métaphore assez intéressante. Il dit que nos compétences en management sont comme des flèches dans un carquois. Quand on rencontre un problème, on peut prendre la flèche appropriée, prendre un peu de recul, viser et tirer. C’est le titre qu’il a donné à la première partie du livre.

Continuer la lecture de « Livre : Managing Humans »

CV, entretien… embauche ?

Reprenons depuis le début. Vous cherchez votre premier emploi, une meilleure place que celle que vous avez actuellement, ou bien vous ambitionnez un changement de poste plus radical. Vous avez choisi le type d’entreprise qui vous intéresse. À partir de là, les étapes sont assez évidentes.

  • Refaites votre CV.
  • Cherchez les entreprises qui correspondent à vos critères, par leur taille, leur secteur d’activité, les technologies employées, les postes disponibles. Sélectionnez les 2 ou 3 entreprises qui vous intéressent réellement, ainsi que 2 ou 3 autres seconds choix.
  • Envoyez vos CV à ces entreprises, en commençant par les seconds choix. L’idée est d’obtenir d’abord des entretiens dans une ou deux de ces entreprises, pour pouvoir s’entraîner avant de passer les entretiens qui vous intéressent réellement.

Concernant votre CV, je vous incite à lire mon billet consacré à ce sujet.

Les entretiens

Comme je le disais précédemment, essayez de passer au moins un ou deux entretiens dans des entreprises de second choix, avant de passer devant les recruteurs qui vous intéressent réellement. Passer des entretiens, c’est un peu comme une compétition sportive, il vaut mieux s’entraîner avant.

Continuer la lecture de « CV, entretien… embauche ? »

Votre curriculum

Qu’est-ce qui fait la différence entre un CV qui va finir directement à la poubelle, et un autre qui retiendra suffisamment l’attention pour conduire à un entretien ? Cela tient en 2 choses très simples :

  • Est-ce que les compétences nécessaires pour le poste sont présentées dans ce CV ? Évidemment, on ne va pas perdre de temps à lire le CV d’un développeur si le poste à pourvoir concerne l’administration de base de données.
  • Est-ce que les informations sont rapidement accessibles ? Un CV se lit en plusieurs passes, chacune plus longue et détaillée. La première passe prend moins de 10 secondes. Si en survolant votre CV en diagonale on n’en comprend pas les éléments-clés, vous avez tout faux.

Voici à mes yeux les caractéristiques que doit posséder un CV :

Continuer la lecture de « Votre curriculum »