Le blog d'un geek devenu directeur technique

Billets libellés outil

Manymoon

Manymoon est un web-logiciel de gestion de projet. Il a fait un peu parler de lui ces derniers jours, suite à l’ouverture de la plateforme Google Apps à des applications tiers ; Manymoon y est montré en exemple d’application très utile pour les entreprises qui utilisent Google Apps.

Il n’en reste pas moins que Manymoon peut s’utiliser directement, sans passer par la plate-forme de Google.

Fonctionnalités

Manymoon est à la base assez classique dans son approche : On y crée des projets, auxquels on peut ensuite ajouter des éléments.

Tâches : Chaque tâche possède au minimum un titre, et on peut y ajouter une pièce-jointe (voir plus loin), un ordre de priorité, une date limite (voir plus loin), des tags, et un commentaire. Les tâches sont ensuite listée de manière à pouvoir facilement ajouter des commentaires, réassigner la tâche ou la remettre à plus tard. L’édition d’une tâche se fait en cliquant sur son titre, ce qui fait apparaître une pop-up contenant tous les champs modifiables.

Manymoon - Tâches

(image © Manymoon)

Jalons : Il est possible de créer des jalons, constitués d’un titre et d’une date limite. Ils agissent comme des groupes de tâches, permettant de voir d’un coup d’œil les grandes étapes d’un projet. On déplace les tâches d’un jalon à l’autre (ou en-dehors de tout jalon) par drag’n drop.

Manymoon - Jalons

(image © Manymoon)

Micro-blogging : C’est à la mode, et c’est au centre de l’utilisation de l’outil. Il est possible d’ajouter facilement des messages, en y ajoutant une pièce-jointe, un lien ou un événement. Il est aussi possible de juste signifier que l’on travaille sur un projet, voire une tâche. Ces messages s’affichent dans le “bulletin” du projet, qui affiche en plus toutes les actions effectuées (ajout ou modification de tâche, création de jalon, etc.).

Manymoon - MicroBlog

(image © Manymoon)

PLUS »

Lancement du projet Skriv

J’en parlais récemment dans le post concernant l’avenir de ce blog : Je réfléchis à l’idée de développer un outil de gestion de projet ouvert à tous.

Quasiment depuis que je travaille, j’ai développé des outils pour suivre les projets ou traiter les bugs. Comme j’ai souvent bossé dans des entreprises de petite taille, pour ne pas dire des start-ups, ces outils comblaient des manques évidents et étaient adoptés rapidement.

  • Il y a maintenant un paquet d’années, j’avais fait un gestionnaire de buglist. Doté d’une interface web, il était écrit en C et stockait ses données dans un fichier XML. Technologiquement, ce n’était pas une très bonne idée, mais c’était l’occasion de tester des librairies XML et CGI que j’avais écrites en C. Au niveau des fonctionnalités, je ne me souviens plus trop. Je crois que c’était assez simple, avec pour chaque bug le niveau de criticité, une description, et le projet affecté.
  • J’avais par la suite repris le même genre d’outil, mais écrit en PHP/MySQL. Pus facile à faire évoluer, je n’ai pas souvenir qu’on l’ait utilisé à son plein potentiel.
  • Dans mon entreprise actuelle, j’ai dès le début mis en place des outils open-source, les plus important étant Flyspray pour la buglist et MediaWiki pour le wiki. Depuis, j’ai développé des extensions MediaWiki qui nous servent à gérer les projets. Ainsi, chaque projet a une page dédiée sur laquelle apparaissent : la liste des bugs du projet, une liste de tâches, des pages wiki liées au projet, et des fichiers en « pièce-jointe ».

Cette extension est clairement inspirée par Backpack. J’aime vraiment ce logiciel. Par rapport à d’autres outils plus orientés « projet », comme Basecamp par exemple (pour reprendre un autre logiciel développé par 37signals), j’apprécie le fait que toutes les informations soient regroupées sur une seule page.
Habituellement, les logiciels de gestion de projets offrent plusieurs vues différentes, chacune pour un type d’information. Il y a un onglet pour les tâches, un onglet pour le calendrier, un onglet pour les bugs (si l’outil les gère), un onglet pour les pages de wiki (si c’est disponible), un onglet pour les fichiers, et ainsi de suite.
Pour ma part, je préfère avoir la vue la plus « intégrée » possible. Cela implique de penser l’interface en conséquence, ce qui peut s’avérer plus délicat qu’il n’y paraît.

Je cherche donc maintenant à définir un outil que je pourrais utiliser aussi bien pour mes besoins en entreprise, que pour gérer mes projets personnels. Je vais donc m’intéresser à chaque aspect d’un tel logiciel dans une série de billets sur le blog. Je ferais appel aux avis des lecteurs du blog, en espérant réussir à dégager des principes clairs de fonctionnement. J’espère aussi trouver le temps de développer ce logiciel, pour que tout cela ne reste pas théorique (d’un autre côté, si un autre outil est développé à partir de spécifications dérivées de mes idées, je n’y verrais aucun problème, bien au contraire).

Ah, au fait, pourquoi appeler ce projet «Skriv» ? C’est un nom que j’affectionne, que j’ai donné par le passé à plusieurs logiciels que j’ai développé. Le plus important était une interface web qui intégrait un webmail, un gestionnaire de bookmarks, un bloc-notes, un carnet d’adresses, une gestion de compte bancaire. Je l’utilisais tous les jours pour centraliser ma vie numérique. De nos jours, c’est assez commun ; mais à l’époque où je l’ai développé (en 2002), c’était assez novateur.
Pour le nom lui-même, il signifie « écrire » dans plusieurs langues comme le breton et le suédois. Ça va bien dans l’idée d’un outil qui sert principalement à communiquer.

Forcedo

ForceDo est un web-logiciel qui sert uniquement à gérer des listes de choses à faire. C’est une todo-list, tout simplement. Mais ForceDo intègre des fonctionnalités qui vous aident à traiter les tâches, ou plus précisément qui vous forcent à les exécuter. D’où le nom du service.

La création d’un compte est très simple. Une adresse email et un mot de passe, ou plus simplement un identifiant OpenId, et vous pouvez commencer immédiatement à ajouter vos tâches.

ForceDo - écran principal

L’organisation des tâches

En colonne de droite, vous avez les listes. Cela correspond à ce que d’autres sites appelleraient des « catégories » ; ce sont des groupes de tâches. Il est aussi possible de voir à tout moment l’ensemble des tâches créées.

Par défaut, on voit les tâches qui sont ouvertes. Les tâches déjà terminées (mais pas encore effacées) sont disponibles sous un second onglet.

Les tâches s’affichent par ordre de priorité temporelle. C’est-à-dire que les tâche dont la deadline est la plus proche s’affichent en premier, même si leur priorité générale est moins importante que les tâches dont la deadline est plus lointaine.

PLUS »

Retrospectiva

Retrospectiva est un web-logiciel de gestion de projets. Placé sous licence libre, il n’est pas possible de l’utiliser « directement » ; par contre, il est téléchargeable gratuitement et s’installe assez facilement sur n’importe quel système de type Unix (Linux, Mac OS X, BSD, …) pour peu que vous ayez un minimum de connaissances en administration de serveur.
Ce mode de fonctionnement est similaire à ce qu’on peut trouver du côté de Collabtive.

Fonctionnalités

Les fonctionnalités de Retrospectiva sont réparties en deux groupes : les fonctions de base, et celles qui sont apportées par des plug-ins.

Fonctions de base :

  • Gestion de tickets.
  • Revue de code.
  • Gestion de versions, avec deadlines et étapes d’avancement.

Fonctions additionnelles :

  • Wiki.
  • Blog.
  • Gestion de projet adaptée à la méthode Scrum.

On peut considérer que les fonctionnalités apportées par les plug-ins font parties intégrantes du logiciel. Parce que, de nos jours, un outil de gestion de projet qui ne contient même pas un wiki, c’est trop limité pour être intéressant.

Gestion de tickets

(image © retrospectiva.org)

Les tickets de Retrospectiva permettent de gérer aussi bien l’affectation de tâches (au sens classique du terme) que les relevés de bugs. C’est un des rares logiciels qui fournisse un système de gestion des tâches qui peut aussi convenir à la gestion des bugs, sans que l’ergonomie n’en souffre.

PLUS »

Gantter

Gantter est un logiciel de gestion de projets très étrange. C’est un outil web, mais il offre les fonctionnalités basiques (les plus utiles) de Microsoft Project. Il ne faut pas y chercher la moindre capacité de travail collaboratif. En plus de cela, il n’y a pas besoin de se créer un compte pour l’utiliser : connectez-vous sur le site, et vous tombez immédiatement sur l’interface du logiciel. Quand vous avez terminé, vous sauvegardez et enregistrez en local un fichier que vous pourrez réimporter par la suite.

(image © Gantter.com)

Les fonctions sont celles qu’on attend :

  • Créer des tâches et gérer leur état d’avancement.
  • Créer des ressources (humaines et matérielles), les affecter aux tâches et gérer leurs calendriers.
  • Gérer les priorités des tâches et leurs dépendances les unes par rapport aux autres.
  • Définir des jalons et des deadlines.
  • Afficher le planning sous forme de diagramme de Gantt.

À cela s’ajoutent un import/export au format Microsoft Project, qui facilite la transition pour les équipes qui l’utilisent et qui souhaitent changer. Il faut noter que l’interface est traduite en français ; si votre navigateur est correctement configuré, tout s’affichera automatiquement dans votre langue.

Au premier abord, Gantter semble être un outil très sympatique. On ajoute des tâches, on les ordonne, on les trie, en gère leur avancement. Et l’affichage du Gantt est facilement compréhensible par tout le monde. Cela paraît être le complément idéal pour des outils qui n’offrent pas de visualisation graphique des tâches, comme Basecamp, Taskii ou Collabtive.

Mais après l’avoir utilisé un peu, on finit par y trouver plus d’inconvénients que d’avantages. Principalement, je lui reproche le manque d’édition « à la souris ». Chaque fois que l’on veut modifier une tâche, il faut cliquer dessus et éditer des valeurs au clavier. C’est affreux, alors qu’on voudrait pouvoir déplacer les tâches à la souris ; on voudrait changer leur durée ou leur ordre en un simple cliqué-déplacé. Ce serait facile et rapide ; mais là, on est sans cesse freiné.

Sans parler de quelques bugs mineurs. Je n’ai pas réussi à créer de résumé de tâches (pourtant indiqué dans la documentation)

En l’état actuel des choses, il est donc difficile d’utiliser Gantter pour un réel usage professionnel. Mais c’est un service encore assez jeune, qui a le potentiel pour s’améliorer rapidement. L’idée initiale est assez bien trouvée, reste à voir vers quoi elle va conduire

Edit du 26 mai

Après avoir échangé quelques emails avec Volodymyr Mazepa, le créateur de Gantter, il apparaît que la création de résumés de tâches est très simple. Il suffit d’indenter les sous-tâches. La tâche « parente » devient alors un résumé.

5pm

Dans le groupe des logiciels de gestion de projet qui font parler d’eux actuellement, et qui tentent de dépasser Basecamp, 5pm fait partie du groupe de tête et sa notoriété semble croître.

Interface principale

L’interface de 5pm est à la fois impressionnante et déroutante. Contrairement aux autres outils du même genre, elle fait un grand usage du Flash pour proposer un dynamisme et une réactivité améliorés.

La fenêtre principale est séparée en 2 parties :

  • À gauche, la liste des projets (et des tâches « autonomes », non attachées à un projet).
  • À droite, les informations concernant le projet sélectionné, ses activités (toutes les actions qui ont été effectuées sur le projet), et les fichiers qui y sont liés.

5pm - écran principal

L’affichage dans le panneau de gauche permet de voir rapidement les projets et leurs tâches, dans une vue arborescente à 2 niveaux facile à comprendre. On y voit par défaut l’état de progression des tâches et le nombre de jours qui reste pour les accomplir.

PLUS »

PlanZone

Augeo est un éditeur de logiciels parisien, spécialisé depuis plus de 15 ans dans les logiciels de gestion de projets et de portefeuilles de projets. En 2008, cette entreprise a lancé PlanZone, qui est un outil de gestion de projet collaborative sur le Web. Évidemment, ce logiciel entre en concurrence avec la référence du secteur (Basecamp), mais aussi avec les autres challengers (tel que Taskii). Nous allons voir comment il se défend.

Création de projet

La découverte de PlanZone est facilitée par un assistant qui vous guide dans la création d’un premier projet. C’est le premier logiciel de ce type qui me propose de choisir parmi plusieurs modèles de projet, ce qui a une influence sur les étapes de réalisation et le type de tâches à gérer.

Bizarrement, chaque projet doit avoir une date de début et une date de fin.

Information importante : Il est possible de créer un projet en important un fichier Microsoft Project. Je n’ai pas essayé cette fonctionnalité, mais j’imagine que cela doit être pratique pour les équipes qui veulent migrer vers une solution plus agile et collaborative.

Notions et fonctionnalités

Il y a plusieurs aspects qui interviennent dans l’utilisation de PlanZone :

  • L’unité de base est le projet. Comme je le disais plus haut, un projet a un titre, une description, une date de début et une date de fin. Le terme activité est aussi utilisé comme synonyme (c’est assez déstabilisant au début).
  • Un projet peut contenir des sous-activités, qui peuvent elles-mêmes avoir des sous-activités (le tout organisé de manière hiérarchique). On se retrouve donc à gérer des « activités » au sens large, qu’on peut assimiler à des projets et des sous-projets.
  • Une activité peut contenir :
    • des sous-activités (je viens de le dire) ;
    • des ressources, c’est-à-dire des personnes qui vont pouvoir intervenir sur les tâches, avec éventuellement un décompte du temps passé ;
    • des jalons, qui comportent un titre, une description, et une date prévue d’accomplissement ;
    • des tâches, qui comportent un titre, une description, une date butoir, une priorité (basse/normale/haute), et peuvent être affectées à des utilisateurs ou des groupes d’utilisateurs ;
    • des discussions, qui affichent les messages en ordre inversement chronologique (les plus récents en premier).

Affichages des informations

Une vue synthétique présente les principaux aspects d’un projet : le pourcentage de sa réalisation et de celles de ses différents jalons, et la liste des discussions qui s’y rapportent.

La grande force de PlanZone, c’est la vue par diagramme de Gantt. C’est une fonctionnalité très rare dans les logiciels de ce type, ce qui est bien dommage.

(image © planzone.com)

PLUS »

Flyspray

J’en parlais dans mon billet consacré aux listes, les buglists sont un élément essentiel dans la gestion des développements informatiques. Impossible de créer un logiciel, quel qu’il soit, sans y introduire des effets indésirables imprévus. Et il faut trouver un moyen efficace de lister ces bugs et de suivre leur résolution.

Je vais vous parler d’un logiciel open-source entièrement dédié à cela : Flyspray

Flyspray - page principale

Présentation

Flyspray est un logiciel développé en PHP, proposé gratuitement sous licence libre. Il est très facile à installer sur un serveur Linux, avec une base de données MySQL ou Postgresql. Ce n’est donc pas un logiciel qui s’utilise à distance sur les serveurs de son éditeur ; pas besoin de payer un abonnement mensuel. Par contre, il faut avoir un serveur à disposition (mais c’est souvent le cas en entreprise).

PLUS »

Basecamp

Je vais vous présenter aujourd’hui le logiciel Basecamp, qui est développé par 37Signals. C’est un peu le grand frère de Backpack dont je vous parlais la semaine dernière.

Là où Backpack visait à faciliter le stockage et l’échange d’information autour de projets, Bascamp va plus loin et propose des outils pour gérer plus finement le travail de groupe. On peut distinguer 5 fonctionnalités principales :

  • Les todo-lists.
  • La messagerie partagée.
  • Le partage de fichiers.
  • Les objectifs calendaires.
  • « Reporting » du temps passé sur chaque projet.

Auxquelles s’ajoutent des panneaux de vues globales sur un projet ou sur tous les projets.

Les todo-lists

(image © 37signals.com)

Je vous ai déjà expliqué pourquoi les listes sont à la base de toute organisation. Basecamp permet de créer facilement des listes et de les organiser comme on le souhaite. Très similaires à celles de Backpack, on peut éditer leurs titres en utilisant la syntaxe Textile (syntaxe wiki-like simplifiée), et leur affecter un état fait/à faire simplement en cochant ou décochant une case. Par contre, elles offrent la possibilité d’affecter une tâche à un utilisateur, ce qui était un des manques que je pointais du doigt sur Backpack.

Il est aussi possible de créer des listes privées, qu’on est le seul à pouvoir voir. C’est une bonne idée, qui permet d’avoir au même endroit les todo-lists générales et celles qui nous concernent ; cela évite d’avoir à gérer plusieurs systèmes de listes en parallèle.

La messagerie partagée

(image © 37signals.com)

On a beau classer nos emails dans des dossiers, il est toujours pénible d’y rechercher une information intéressante. On est souvent obligé d’ouvrir une demi-douzaine de messages – de quelques lignes chacun – avant de retrouver ce qu’on veut.

PLUS »

Backpack

Je vais vous parler de Backpack, un outil réalisé par 37Signals, une entreprise dont nous aurons l’occasion de parler de nouveau.

Backpack se définit comme un outil d’organisation et de partage d’information. Voici des images qui vous feront comprendre rapidement de quoi il retourne :

(image © 37signals.com)

(image © 37signals.com)

Fonctionnalités

Ce logiciel est d’une grande simplicité d’utilisation. Sa fonctionnalité principale est la création de « pages ». Une page est, comme le montrent les exemples ci-dessus, la combinaison de plusieurs éléments :

  • Des listes minimales, qui comprennent juste un titre et un état fait/à faire.
  • Des notes, composées d’un titre et d’un texte.
  • Des « writeboards », qu’on peut assimiler à des pages de wiki simplifiées.
  • Des pièces-jointes (uniquement disponibles dans la version payante).

PLUS »