Les erreurs à ne pas faire en entretien

Je vais réagir un peu à chaud, suite à quelques entretiens catastrophiques que j’ai fait passer dernièrement. Je vous ai déjà parlé des entretiens d’embauche, mais là je vais être très directif, presque lapidaire.

Soyez ponctuel

L’entretien d’embauche, c’est LE moment où il faut séduire le recruteur. Si vous êtes en retard le jour où vous devriez être au top, à quoi s’attendre au bout du quatrième mois de boulot sur un projet difficile ? Vous arriverez tous les jours après 11 heures du matin ?

Prenez soin de noter les coordonnées téléphoniques que vous pourrez appeler en cas de problème.

Apportez plusieurs copies de votre C.V.

Si vous arrivez les mains dans les poches, qu’est-ce que ça peut donner comme indice quant à votre envie de décrocher le poste ?

Par pitié, au moment où on vous demande « Vous avez une copie de votre C.V. ? », ne répondez surtout pas « Il est disponible sur Internet, vous pouvez l’imprimer » ! Cela revient à dire que c’est au recruteur de prendre le temps que vous n’avez pas voulu prendre vous-même.

Le plus « amusant », c’est que bien souvent le gros problème n’est pas pour le recruteur, mais pour le pauvre candidat qui se retrouve à tenter de présenter son parcours sans le support de son curriculum.

Connaissez-vous vous-même

En tant que candidat, vous devez fournir à votre interlocuteur des raisons de vouloir vous embaucher. Pour cela, vous allez lui parler de vos études et des entreprises où vous avez travaillé, mais ça ne l’intéressera pas. Ce qu’il veut, c’est que vous lui expliquiez en détail ce que vous savez faire, ce que vous avez fait, et ce que vous avez envie de faire.

Détaillez le travail que vous avez réalisé durant vos précédentes expériences professionnelles et/ou vos projets d’étude. Expliquez les problèmes que vous avez rencontrés, les solutions que vous avez appliquées, ce que vous avez appris. Dites si vous avez travaillé tout seul ou au sein d’une équipe, et alors expliquez votre rôle.

Il y a 2 situations qui sont difficilement supportables :

  • Lorsqu’il faut tirer les vers du nez du candidat. Vous devez vous vendre. Au bout de la troisième fois que le recruteur vous demande de lui en dire plus, d’entrer dans le détail, de prouver votre savoir technique, quelque chose devrait faire « Tilt » dans votre tête. Inversez la tendance, prenez les devants : il vaut mieux que le recruteur vous demande de passer en vitesse sur certains aspects plutôt que de risquer de passer à côté de certaines informations qui pourraient être importantes.
  • Lorsque le candidat ne se souvient plus de ce qu’il a fait juste 2 ans auparavant. Un entretien, ça se prépare. Relisez votre CV au moins une fois, et prenez le temps de vous souvenir des détails importants – ceux qui méritent d’être racontés – de vos expériences. Si une ligne de votre CV est tellement peu intéressante que vous n’avez rien à raconter à son sujet, pourquoi y est-elle ?

Éteignez-moi ce p#@$* de téléphone portable

Si on a inventé le mode vibreur, ce n’est pas pour rien. Un téléphone qui sonne pendant un entretien, c’est désagréable. Quand il sonne une seconde fois, ça devient énervant. Quand c’est suivi par un SMS, ça devient un problème.

J’ai la politesse de couper mon téléphone au début de l’entretien, le minimum est que vous fassiez de même. Si par malheur vous n’y avez pas pensé, excusez-vous dès le premier appel, et éteignez aussitôt votre mobile. Ne prenez pas le risque qu’il sonne de nouveau (surtout si vous avez une sonnerie très rigolote mais complètement débile).

Et surtout, surtout, ne décrochez pas ! Ne rigolez pas, un candidat m’a déjà fait le coup pendant un entretien.

Renseignez-vous un minimum

Vous n’êtes pas un mercenaire de l’informatique ; si vous en êtes un, ce n’est pas l’image que vous devez donner (et ne m’envoyez pas de CV, merci). Si vous débarquez sans avoir la moindre idée de l’activité de l’entreprise dans laquelle vous postulez, vous risquez d’être catalogué comme une personne qui a l’habitude d’envoyer des centaines de CV à travers le pays. Comment s’intéresser à vous si vous ne semblez pas vous intéresser un minimum à l’endroit où vous allez peut-être travailler ?
Peut-être avez-vous fait des recherches, mais que celles-ci n’ont rien donné de concluant. N’hésitez pas alors à le dire !

De la même manière, si l’offre d’emploi ou la description de poste contenait des noms ou des acronymes que vous ne connaissez pas (nom de langage de programmation, de technologie, ou autre), prenez le temps de vous renseigner sur Internet. Dites ensuite au recruteur que vous ne connaissiez pas cette chose, mais que vous vous y êtes intéressé et que cela vous ouvre de nouvelles perspectives.
Par contre, ne faites pas l’erreur de dire que vous connaissez cette techno, juste après avoir lu sa définition sur Wikipedia. Soyez certain que le recruteur s’en rendra compte rapidement.

Maîtrisez-vous

Quand je fais passer un entretien, j’essaye de mettre le candidat à l’aise. Je sais que c’est un moment relativement stressant, et qu’il faut réduire ce stress si je veux pouvoir me faire une idée précise de la valeur du candidat. Mon but est de recruter une personne de qualité, pas de perdre mon temps en stressant les gens au point de leur faire perdre leurs moyens.

Malheureusement, certains candidats interprètent mal cette convivialité, et commencent à plaisanter comme si on était potes. Yeah, c’est super cool ! Mais bon, on en reparlera si tu es embauché, mon gars. En attendant, tu es gentil de surveiller ton langage et de rester concentré sur ton objectif. Ce n’est pas parce que tu n’es pas face à un costard-cravate d’une multinationale que tu peux te comporter fondamentalement différemment. Hum…

Prenez aussi garde à ne pas vous lancer dans de longs monologues sans laisser à votre interlocuteur la possibilité d’en placer une. Faites aussi attention à ne pas élever la voix plus que de raison ; cela arrive à beaucoup de personnes qui ont du mal à gérer leur nervosité, et c’est très désagréable (merci les maux de crâne à la fin de la journée).

25 réponses sur “Les erreurs à ne pas faire en entretien”

  1. Oui, mais je ne considère pas cela comme une « erreur », car ce n’est pas volontaire. C’est au recruteur de réussir à faire diminuer suffisamment le stress du candidat, afin d’analyser ses qualités et défauts réels.

    Il est certain qu’une personne totalement paralysée par un entretien risque de ne pas être au maximum de ses capacités quand viendront les moments difficiles sur les projets délicats. Mais c’est anecdotique par rapport aux autres aspects.

  2. Ah c’est marrant, moi c’est l’inverse… Une qualité que je recherche, c’est une certaine qualité de nerfs, une autonomie, la capacité de ne pas resté paralysé par un pb… Quelqu’un qui se laisse devaster par le stress ne m’interesse pas du coup…

  3. Oui, il faut éviter les personnes qui s’écroulent sous la pression.

    Mais il n’en reste pas moins que le boulot d’un manager, c’est aussi de jouer le tampon et de ne pas redistribuer violemment le stress qu’il endure.
    Il est donc plus important d’avoir une personne qui fait du bon travail dans des conditions normales, qu’une personne pas terrible mais qui endure la pression. Les situations de stress sont censées être l’exception, pas le cas général.

    Bref, si le mec est totalement paralysé au moment de passer son entretien, c’est assez rédhibitoire. Mais un recruteur doit chercher à percer à travers ce stress, et non pas tenter d’en générer le plus possible.

  4. J’ai lu votre article car justement je viens de passer un entretien ou j’ai… j’estime eu un peu « trop » d’humour. Bon la DRH plaisantait également, mais j’ai peur que ça m’ai plombé. J’ai peur de lui avoir véhiculer une image qui ne serait pas tout à fait moi. Bien sur j’essaye d’être sympathique et quelqu’un avec qui il est agréable de travailler. Mais c’est parfois dur à exprimer sans lever certaines ambiguïtés chez le recruteur. Comme ci on « surjoue ». Cependant j’ai gardé mon objectif en tête : on est la pour travailler. Je ne sais pas si c’est une mauvaise chose un peu d’humour et si tel est le cas, comment rattraper « l’erreur » ?

  5. Oui, attention à l’humour en entretien.
    Il est important de se présenter comme étant sympathique et agréable. Mais on peut tomber dans le « lourdaud » sans s’en rendre compte.

    On peut rattraper le coup en cours d’entretien, en se reprenant en main et en redevenant sérieux. Mais il ne faut pas tomber dans l’austère. Tout est une question de dosage.

    Par contre, si on s’en rend compte après l’entretien, c’est trop tard. Ça ne sert à rien de recontacter le recruteur pour lui dire « Désolé si j’ai fait des blagues de mauvais goût, je vous promets qu’en temps normal je suis quelqu’un de très professionnel ! ». Il ne reste plus qu’à croiser les doigts.

    Une chose à savoir : ce n’est pas parce que le recruteur plaisante un peu qu’il faut interpréter ça comme une autorisation pour se lâcher. Comme je le disais dans l’article, le recruteur doit mettre à l’aise le candidat ; mais on n’est quand même pas en train de discuter entre potes.

  6. c’est bizarre que ce poste est du succès c’est tellement logique ce que tu dis.
    Utile peut être pour ceux qui se lance dans leur première recherche d’emploi.

  7. Effectivement, je ne dis que des choses qui tombent sous le sens. Mais je vois passer tellement de candidats, expérimentés pour la plupart, qui font des erreurs de débutants…

  8. bonjour, voila je viens de lire votre post et votre avis m’intéresse, car je suis un peu perdue. je viens d’avoir un entretien téléphonique avec un recruteur inopinément , il m’a contactée juste après que j’ai postulé via mail. selon mes impressions, le début s’est bien passé seulement après je pense avoir fait quelques bourdes comme aucune prétention salariale, et peut être d’autres que je n’ai pas su analysé. Au final aucune question posée de ma part (enfin après coup lorsqu’elle m’a dit qu’elle me rappellerait) ce qui apparemment est rédhibitoire et m’ayant dit qu’elle me rappellerait d’ici une semaine voire deux voire trois alors que le poste était à prévoir le plus rapidement, elle n’a pas souhaité me rencontrer m’expliquant que d’abord elle allait réétudier mon dossier, je n’ai pas convenu d’un autre rdv téléphonique. Dois je retrouver son numéro et la recontacter? ou autre?

  9. Hum, effectivement, ça ne sent pas très bon. Cela montre bien qu’il faut se préparer aux entretiens téléphoniques aussi sérieusement que les entretiens physiques.

    Quand vous avez postulé, vous vous êtes forcément posé quelques questions sur l’entreprise, son business, sa taille, la vitesse de son développement, les technologies employées, les détails du poste à pourvoir, les possibilités d’évolution à moyen terme… Il faut poser ces questions, sinon vous donnez l’image de ne pas vous intéresser spécialement à ce poste, comme si vous aviez envoyé un grand nombre de CV à l’aveuglette.

    Ne pas avoir de prétention salariale est étrange. Vous devez bien avoir une idée du salaire en-dessous duquel vous ne souhaitez pas changer d’emploi, et vous avez déjà dû réfléchir au salaire « idéal » par rapport à votre situation professionnelle actuelle. S’il s’agit d’un premier emploi, vous devez connaître les moyennes du secteur, mais aussi avoir une vision précise du salaire en-dessous duquel vous ne pouvez pas vivre décemment.

    Dans votre cas, Lilou, ça paraît loupé. En temps normal, je dirais que ce n’est pas trop grave, que vous devez viser une autre entreprise. Mais si ce poste vous intéresse réellement, vous pouvez toujours tenter de rappeler le recruteur, en lui disant qu’il vous avait pris au dépourvu et que ce n’est qu’après avoir raccroché que les questions se sont bousculées dans votre tête. En faisant un (très léger) forcing, vous arriverez peut-être à vous démarquer des autres candidats potentiels.
    Par contre, rappelez le recruteur ou oubliez-le. N’envoyez pas un email, vous passeriez pour une autiste incapable de communiquer au téléphone et qui préfère se cacher derrière sa messagerie.

  10. Merci beaucoup pour vos conseils, il est vrai je ne m’attendais pas du tout à ce qu’on m’appelle et en plus d’avoir un entretien d’embauche par téléphone. En tout cas je vais appeler lundi , qui ne tente rien à rien comme on dit 🙂 Encore merci pour vos suggestions 🙂

  11. Bonjour, j’ai récemment été refusé pour un poste après 3 entretiens car j’étais « trop sûr de moi », ce qui m’a beaucoup surpris ! Car j’ai plutôt tendance à manquer d’assurance face à un recruteur, à être très stressé par ces questions… Peut-être qu’en ayant tenté de corriger ce problème, en tentant de « garder l’objectif en tête » sans laisser paraitre mon appréhension, j’ai pu paraitre tout bonnement suffisant, limite arrogant… Pourtant les entretiens étaient plutôt courtois, sympathiques, souriant… J’ai vraiment du mal à interpréter ce feedback, puisque la confiance en soi est généralement une qualité recherchée chez un candidat ? C’est un peu ce que vous décrivez dans la partie « maitrisez vous » ?
    J’ai le sentiment qu’on m’a reproché d’avoir su dire pourquoi « j’étais fait pour le poste » (puisque c’est quand même le but de l’entretien !), ou de ne pas avoir assez mis en avant mes échecs.
    Bref, trop stressé, ou trop confiant, il vaut mieux quoi ? si vous pouvez m’éclairer ?

  12. 3 entretiens pour le même recrutement, ça veut dire que l’entreprise met beaucoup de valeur dans le poste et qu’elle fera très attention à la personne qu’elle embauchera. Il faut alors redoubler d’attention pour ne pas commettre d’impair.

    J’ai rencontré pas mal de candidats qui cachaient leur nervosité sous des airs excessivement sûr d’eux. C’est particulièrement désagréable. La plupart du temps, cette arrogance disparaît soit après les avoir mis à leur aise, soit après leur avoir fait passer un test technique qui leur remet les pieds sur terre.
    Ceux qui semblent continuer à «péter plus haut que leur cul», c’est vrai que ça laisse penser qu’ils se comporteront de la même manière une fois embauchés, ce qui n’est pas acceptable.

    Pour en revenir à votre cas, il vaut mieux paraître un peu stressé que carrément trop confiant. Et quand un candidat ose dire que le poste a l’air d’avoir été fait pour lui, c’est plutôt positif.

  13. Bonjour ,
    Post très intéressant ,
    Tout d’abord MERCI , puisque je trouve que prendre de votre temps pour faire un post , c’est tout à fait precieux , enrichissant pour nous d’avoir votre oeil d’expert .
    De plus ,vous avez certainement une grande dimension des relations humaines à l’inverse de certains recruteurs complètement mégalos.

    Après 20 ans sans interruption de timing dans ma carrière , je viens de passer par une restructuration économique et donc résultat CSP et en recherche d’ un poste Cadre ou assimilés.
    Apres différents niveaux de compétences , je n’avais pas encore rencontré de RH  » péteux »/ses.

    Lors de mon dernier entretien pour une PME en poupe, lors d’une rencontre SPEED JOB, j’arrive très préparé puisque je considère cela très important, mais certes un peu nerveuse , donc mentalement j’opte pour le mode « winner » et résume comme demandé en 8 minutes mon parcours ……
    « Tic- Tac : « je me lance …. et là alors que tout allait bien ,
    la RH me regarde en me lance: « Vous êtes tjrs aussi théâtrale » ? ou votre temperement est théâtrale ?
    Surprise ! , j’ai pris sur moi en lui répondant que mes réponses, étaient spontanées , par habitude d’entretiens avec des interlocuteurs de haut niveau, ceci en partie à mes années d’expériences , que ce n’était en rien du theâtre mais juste une habitude .
    Sans doute trop de préparation ;(
    J’ai donc pris sur moi pour terminer pdt qu’elle regardait son chrono et notait des instructions sur son calepin .

    Puis ensuite, encore 8 minutes avec un Responsable de la division Commerciale :
    Homme, plus pragmatique , avec des questions pertinentes , plus logiques sur le métier , avec qui l’échange etait fluide , normal et plus pro.
    je préfère les relations d’adulte à adulte …
    A quand une vraie charte du recrutement ? avec un collégial qui pourrait border la profession de RH.
    Les candidats ne sont sans doute pas tous au top mais côté recruteurs il y a aussi des gens navrants, Parfois bien trop jeunes, qui devraient aussi repasser des tests , mais aussi apprendre le savoir être .
    En tout cas , merci pour votre temps , vos précieux conseils .

    De mon côté après réflexion , du contexte , de la culture Ets et surtout après explication des conditions salariales à coût de conditionnel …. , je ne donnerai même pas suite .à la dite societe, marchande de sommeil. qui souhaite du candidat capé mais pas payé !

    Merci à vous !

  14. Bonjour.
    Bien beau tous ce blabla, mais je viens de me taper des tas, et je dis bien des TAS d’entetiens pour des postes, et je vous dirais, a vous les recruteurs, certaines choses: etaignez ces saloperies de portables! eh oui, ça va pas que dans un sens! mon derniers entretien, j’eteins mon portable, et lui me coupe toute les 2 minutes avec son telephone qui sonne.

    chose plus importante: ayez un peu de crans et dites en face aux gens « non », au leieu de dire qu’il y a d’autres personnes a voir, puis le jour aprés lemail arrive avec une reponse lapidaire. vous etez des hypocrites, voilà tout!

  15. @Decay555 : Bien sûr, il y a des abrutis partout. Le but de l’article était d’expliquer aux candidats comment maximiser leurs chances quand ils passent un entretien. Si ça te fait plaisir de venir exprimer ton énervement et ta frustration, j’espère que ça t’a fait du bien 😉

    Mais sinon, tu as sûrement une expérience intéressante à partager. N’hésite pas à le faire 🙂

  16. Je trouve le récis et les commentaires très intéressants, mais je me permets aussi de ramener un certains réalisme face aux recrutements d’aujourd’hui ! Pour être manager avec de l’expérience, avoir aussi eu mon entreprise, et passer également multiples entretiens, je reste souvent bras ballants face aux questions complètements inadaptées posées en entretien d’embauche. La mode est de plus en plus (constat par rapport à l’expérience passée), à la déstabilisation du candidat pour, soit disant au passage, en extirper le pure jus, sans parler des questions personnelles qui n’ont rien à voir avec l’aspect professionnel. Stupéfaite à poste égal, sur le même recrutement qu’un candidat homme n’aura jamais à répondre à la question qui tue : « et vos enfants ? », une femme en revanche subit cette discrimination ! Quant à la déstabilisation, parfois la violence insidieuse exercée par certains recruteur dans leur façon de se comporter, apporte une très mauvaise image de l’entreprise. La politique de recrutement d’une entreprise reflète souvent l’air ambiant, et les conditions de travail internes. Un recruteur qui a des tendances à aller chercher des techniques farfelues ou complètement tordues pour un entretien d’embauche, ne laisse aucune place au doute à mon avis, il faut sacrément avoir une réflexion tordue pour aller chercher ce type de techniques !
    Heureusement, qu’il y a encore des recruteurs « normaux », et au regard de ce que je viens de lire précédemment, c’est rassurant en partie ! Consciente que les entreprises ont plus que jamais besoin de recruter en toute sécurité, ne pas se tromper…., je pense qu’il tout de même beaucoup de dérives. Avant d’être salariés nous sommes des humains, et les recruteurs, parce qu’ils détiennent le pouvoir de décision, la responsabilité, et ont une flopée de candidats sous la manche, définisse des profils de poste idéal, qui deviennent au final les profils de poste recherchés, tels des moutons à 11 pattes ! Pour avoir connu les deux côté de la barrière en terme de recrutement, mon avis a beaucoup évolué au fur et à mesure de mon expérience, et je dis juste : A une question bien posée, le candidat répondra correctement ! Pas besoin de lui mettre la pression ; nous ne sommes pas tous égaux face à cet exercice, et il est difficile de changer le mode de fonctionnement cognitif d’une personne pour l’espace d’un entretien ! Le clonage n’existe pas, ni la conception du candidat sur mesure ! Le stress est normal, et compréhensible, le candidat est comme tout le monde, il a besoin aussi de VIVRE, et l’emploi qu’il vise a un enjeu important dans sa vie. Le recrutement est un jeu de dupe, les candidats s’entraînent à déjouer les pièges tendus, les recruteurs le savent, il n’y a rien d’improviser, et ça ne choque personne ! Il y a beaucoup de monde à la porte, et il faut bien choisir quelqu’un au bout du compte ; et pour être sur le terrain tous les jours, j’ai souvent constaté qu’il y a des candidats qui excellent en entretien et sont nul à C******* une fois en poste, et des candidats peu « habitués » ou peu « entrainés » aux entretiens, et sont de véritables machines de guerre une fois embauchés ! Le recruteur se fait aussi avoir parfois ! Le feeling, les références professionnelles, la simplicité en entretien, et les périodes de tests en entreprises seraient à mon sens une démarche plus saine, basée sur la confiance. Sans oublier que certaines entreprises sont parfois l’objet de raillerie ou de critiques ouvertes publiques sur leurs façon de recruter, il faut croire que certains candidats aiment le sado masochisme !

  17. Bonjour.
    Je viens de passér un entretien et je me suis vautré sur une question à laquelle je n’ai pas su répondre.
    Je manage les équipe de mon entreprise depuis plus de 15 ans et la la question est quel est votre mode de management et la pour moi un grand blanc.
    Impossible de lui répondre je lui dis que ça m’est tellement naturel que je ne sais l’expliquer lui donne deux trois exemples et essaie de partir sur autre chose.
    A la fin de l’entretient il me dit que ça c’est bien passé hormis sur ce point. Il me rappelle milieu de semaine pour m’en dire plus

    Le pire c’est que depuis les questions se bousculent, il me reposerait la question je lui répondrait sans détour mais à ce moment là c’était le trou noir

    D’après vous c’est mort ou je peux encore espère un appelle.

    Ou alors je le reconnais te par mail pour éclaircir ce point.

    Merci de me faire part de vos lumières.

  18. @Seb : Difficile à dire avec aussi peu d’éléments. Tout dépend du poste, du recruteur, et des autres questions qui vous ont été posées lors de l’entretien. Si vous avez bloqué sur l’élément principal sur lequel vous étiez évalué, c’est un peu mort, oui…
    Recontacter par email peut parfois inverser les tendances, si c’est pour montrer qu’on est motivé par le poste. Mais il est difficile de convaincre qu’on pourrait être plus performant avec un second entretien et qu’on mérite une seconde chance.

    Pour ma part, si j’essaye de recruter un manager et que le candidat n’est pas capable de m’expliquer l’organisation qu’il a mise en place, ou encore la méthode de travail qu’il utilise avec son équipe, c’est assez rédhibitoire. L’organisation et la communication font partie du job.

  19. Bonjour,

    Je suis actuellement en poste donc je ne cherche pas à tout prix un emploi mais hier j’ai passé un entretien qui ne me donne vraiment pas envie de donner suite à ma candidature.

    La personne m’a contactée d’abord par téléphone (je n’avais pas envoyé de candidature) puis m’a appelée pour un entretien via Skype. Dès le départ, j’avais l’impression qu’elle se fichait de ce que je lui disais. Je continue mon entretien puis elle me dit « avez-vous des questions ? ». Evidemment. Donc je lui demande comment s’organise une journée type au sein de ce service. Elle me répond « c’est à vous de le savoir, c’est votre job ! ». J’ai répondu sur le même ton en lui disant que d’une organisation à une autre autre, ça pouvait être différent. Déjà rien que le titre du poste est différent alors que c’est le même travail.

    Bref, cette personne ne m’a pas mise à l’aise et ne m’a pas donné envie de bosser dans cette entreprise. Un bon recruteur se doit d’être correct et respectueux. Il est la « vitrine » de l’entreprise.C’est étrange, soit disant il fait bon y travailler. Ca doit dépendre du « talend hunter » sur lequel on tombe.

    Elle m’a dit qu’elle me donnerait des nouvelles sous 2 semaines, le temps que la chargée de recrutement rentre de vacances. Je n’y crois pas un seul instant. De toutes façons, je ne donnerai pas suite. Elle ne m’a vraiment pas donné envie de travailler dans cette structure. En plus, utiliser du franglais pour se donner un genre, je trouve ça grotesque. Bref.

    J’ai senti qu’elle avait hâte que l’entretien se termine. Et je suis restée souriante jusqu’au bout. Je tiens à dire que je suis restée fidèle à moi-même et que c’est ainsi que j’ai décroché mon CDI. Donc je ne pense pas que cela vienne de moi.

    J’hésite à balancer mon commentaire sur Glassdoor. J’ai plus d’une dizaine d’années d’expérience professionnelle. Je n’ai pas passé beaucoup d’entretiens mais c’est bien la première fois que ça m’arrive !

  20. @Sarah : Oui, effectivement, dans ce genre de cas il faut aussi savoir faire le tri, et choisir l’entreprise avec laquelle on a envie de travailler.

  21. ah mais ça fait envie des recruteurs comme ça !!!
    Personnellement je n’ en peux plus du manque de respect des recruteurs envers les candidats : on te fait remplir des fiches, re-remplir encore des fiches… pour … utiliser ton CV devant les clients, pendant que toi, tu n’es même pas embauché !!!!
    Bref, je vais arrêter mes recherches auprès des SSII, annonces bidons, tournage en bourrique, et pendant ce temps là : on perd bien notre temps, on ne code pas, on ne bosse pas, et on se dit que l’humanité est bien moche. Que du négatif pour ma part.
    Ca fait 15 jours que je perds mon temps avec les SSII, je ne suis pas ingénieur, aucun d’eux ne m’a dit que ça ne serait pas possible, mais en même temps, ils ne font que garder mon CV pour plus tard, mais moi, c’est MAINTENANT que je veux bosser !!!!!
    Aucun ne m’a jamais fait le MOINDRE PETIT TEST technique : ça me fait halluciner !!!! Et ensuite… on te demande le truc le plus aberrant de la galaxie : quels outils tu as utilisés !!!! Comme si tu étais trop con pour changer d’outils !!! Et le pire : ils ne cherchent pas des experts au prix qu’ils paient ;))))) Sérieusement, c’est pathétique, je débute à peine depuis 6 mois, j’ai eu mon titre il y a une semaine et déjà ce milieu, enfin ce que j’en vois et je pense que ce n’est pas la meilleure partie, me sort par les orifices ! Bref, heureusement que je suis tombée sur votre blog pour constater que certains ont quand même des attitudes un peu plus logiques et humaines. Interrompre un entretien au bout de 15 minutes : c’est respecter son temps ET celui du candidat ! quel intérêt de faire remplir des fiches, de faire perdre son temps à un candidat si on sait d’emblée qu’il ne nous convient pas ? AUCUN !!! Personnellement je ne passe pas des entretiens pour passer des entretiens : je veux du travail. Mais apparemment beaucoup de gens aiment perdre leur temps… et le plus DEGUEULASSE, c’est quand on te conseille d’ « enjoliver » ton CV, sous prétexte qu’eux voudraient te sur vendre sans prendre la moindre responsabilité. Désolée, mais je m’assume à mon niveau et je pense être tout à fait capable de travailler, SANS mentir sur mes réalisations. Ceci étant, ces 15 jours de contact avec des SSII m’ont bien fait comprendre que je ne suis PAS faite pour travailler dans ce genre de structures.

  22. @Egg : Oui, je ne pense pas que les SSII te conviennent. Tu devrais essayer de te faire embaucher chez un client final, qui sera sûrement plus à l’écoute de tes qualités réelles, car son intérêt sera de savoir si tu peux être productif dans son environnement et suivant ses besoins, pas de savoir s’il pourra te vendre à d’autres entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.