Livre : De la simplicité

J’ai lu récemment le livre De la simplicité, écrit par John Maeda.

De la simplicité

Ce livre n’est pas seulement une ôde à la simplicité, mais il décortique consciencieusement les principes qui conduisent aux choses simples, et comment ils procurent un avantage. D’amblée, l’auteur applique à ce livre les préceptes qu’il met en avant. Ainsi, c’est un livre relativement court (185 pages), découpé en chapitres d’une dizaine ou une quinzaine de pages, particulièrement facile à lire car illustré − au propre ou au figuré − d’exemples bien trouvés.

L’auteur n’est pas un inconnu. Professeur au MIT et web-designer de renom, il a une approche des choses très intéressante, qui combine l’esthétique, la technique et l’ergonomie.

Les principes de la simplicité

John Maeda décrit la simplicité suivant 10 lois et 3 clés.

Les lois sont (telles que listés dans le livre) :

  1. Réduction. Pour atteindre la simplicité, le mieux est la réduction méthodique.
  2. Organisation. Avec de l’organisation, un ensemble composé de nombreux éléments semble plus réduit.
  3. Temps. En économisant son temps, on a le sentiment que tout est plus simple.
  4. Apprentissage. La connaissance simplifie tout.
  5. Différences. La simplicité et la complexité ont besoin l’une de l’autre.
  6. Contexte. Ce qui se trouve à la périphérie de la simplicité n’est absolument pas périphérique.
  7. Émotion. Mieux vaut plus d’émotions que moins.
  8. Confiance. Dans la simplicité nous avons confiance.
  9. Échec. Certaines choses ne peuvent jamais être simplifiées.
  10. Loi cardinale. La simplicité consiste à soustraire ce qui est évident et à ajouter ce qui du sens.

Les clés :

  1. Au loin. Plus semble moins si l’on s’en tient éloigné, très éloigné.
  2. Ouverture. L’ouverture simplifie la complexité.
  3. Puissance. Se servir de moins, en tirer plus.

Au milieu de tout cela, il utilise une méthode qu’il nomme AMI, pour «Atténuer, Masquer, Insuffler». L’idée est qu’il est souvent possible de réduire la complexité perçue de quelque chose en diminuant son impact psychologique. Cela peut être atteint en réduisant sa taille ou la “surface” (au sens métaphorique du terme) de son interface avec nous ; ou encore cachant les éléments ou les fonctionnalités les plus complexes afin de mettre en avant un sous-ensemble plus simple à appréhender avant d’avoir besoin de plus ; enfin en transmettant à l’objet en question des qualités qui dépassent sa définition au sens littéral − si la qualité réelle et la qualité perçue se rejoignent, on simplifie et justifie les complexités sous-jacentes.

Utilité et application

Chaque loi est détaillée dans un chapitre qui lui est dédié. Je ne vais pas vous en faire une explication de texte détaillée, les descriptions de l’auteur, que j’ai repris ci-dessus sont suffisantes pour comprendre leur teneur (et devraient titiller votre intellect).

Le plus intéressant, c’est que ce livre reste général sans pour autant se perdre en généralités. Les principes élémentaires qu’il exprime peuvent être appliqués à des cas aussi différents que l’ergonomie d’un appareil électronique, le design d’un site web, la définition d’un business, la mise en place d’une méthode d’organisation personnelle, le déploiement d’une procédure professionnelle, ou l’amélioration d’une formation supérieure.

Même quand le propos de l’auteur semble partir dans des directions incongrues, il retombe sur ses pieds et délivre un message qui nous apporte quelque chose.

Le livre se termine par une bibliographie qui vous permettra d’approfondir certains aspects si vous le souhaitez.

Mon avis

À mon sens, ce livre devrait faire partie des ouvrages de référence que tout le monde devrait connaître. Que vous soyez informaticien ou non, que vous ayez à réfléchir à de nouveaux produits, que vous développiez un logiciel ou une entreprise, ou simplement si vous souhaitez réfléchir aux moyens de progresser personnellement, il vous apportera des réponses et vous fera méditer certaines choses dont vous n’aviez pas forcément conscience auparavant.

Même si vous n’en étiez pas convaincu avant de le lire, vous saurez après pourquoi il faut aller vers la recherche de la simplicité, et comment ce but peut être atteint.

Sachez enfin que John Maeda a créé un site pour accompagner le livre, du nom de LawsOfSimplicity.com. Si vous lisez l’anglais, allez y faire un tour. Même si aucune mise-à-jour n’y a été faite depuis un an et demi, il reste très enrichissant.



3 réponses sur “Livre : De la simplicité”

  1. « La perfection est atteinte non quand il ne reste rien à ajouter, mais quand il ne reste rien à enlever » Antoine de Saint-Exupéry

  2. Parfois il est compliqué de faire simple 🙄

    C’est le style de lecture que j’apprécie beaucoup quand je suis sur un projet tord neurone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.