Des outil de travail rustiques

Cet article est dans la droite ligne du précédent, dans lequel je vous parlais du concept de rusticité au sens large. Là, je voudrais vous donner un exemple concernant certains outils de travail que j’utilise au quotidien − personnellement ou avec mon équipe.

J’ai mis en place plusieurs outils numérique qui servent au travail collaboratif : email, wiki, partage de fichiers, todo-list, buglist, calendrier partagé, … Tout cela est très utile, et ces outils sont devenus essentiels à notre organisation. J’ai déjà parlé de tous ces outils par le passé, et je reviendrai certainement dessus.

Mais d’un point de vu très concret, on a tous besoin d’outils pour :

  • prendre des notes à la sauvette
  • établir des todo-lists éphémères
  • faire des dessins comme support à une réflexion
  • faire des croquis pour échanger des idées en équipe

Je ne sais pas pour vous, mais pour moi c’est vital. Je n’arrête pas de noter des choses, qui ont une durée de vie de quelques secondes à quelques jours. Souvent pour mon propre usage, pour ne pas oublier quelque chose ou pour m’aider à mettre mes idées en ordre quand je réfléchis à un modèle ou une spécification technique. Mais aussi lorsque je travaille avec mon équipe, pour synthétiser graphiquement les idées de chacun.

Pour tout ça, l’outil high-tech qui fait fantasmer tous les geeks, c’est définitivement l’iPad d’Apple. Allié à une application comme Draft, on pourrait y voir le meilleur moyen de faire des croquis rapides et les échanger.

Ah, c’est vrai que ce genre de gadget fait envie. Mais est-ce vraiment nécessaire ?

Pour ma part, j’ai trouvé les deux outils qu’il me fallait : des “post-it” et une ardoise “Velléda”.

Des post-it

Tout le monde connait les post-it, ces petites feuilles adhésives repositionnables commercialisées par 3M. J’en ai utilisé de toutes les tailles : des minis (très pratiques pour coller des notes tout autour de l’écran), des « normaux » (qui s’adaptent à la plupart des besoins), des géants (vite abandonnés).

Maintenant, j’utilise exclusivement des post-it de taille rectangulaire (76×127 mm pour être exact). C’est comme un post-it normal, sauf qu’il est plus large. Pris verticalement, c’est idéal pour faire des listes : la largeur est convenable, et la hauteur − plus grande que pour un post-it carré − convient parfaitement.

Post-it

Pour info, les post-it de format rectangulaire peuvent être trouvés dans leur déclinaison traditionnelle (jaune fluo), en papier recyclé, ou même chez des « sous-marques » (carrément moins chères).

Tant que j’en suis à parler de fournitures de bureau, je vous conseille le bon vieux stylo-bille Bic, taille médium. Après avoir essayé un nombre incalculable de marques et de modèles de stylos-plume, je suis toujours épaté par le confort d’écriture et la facilité de glisse de ces stylos.

Stylo-bille Bic

Une ardoise Velléda

De la même manière que «post-it» est devenu un mot courant, la marque Velléda est devenue synonyme de tableaux blancs effaçables à sec. J’ai toujours été fan des grands tableaux blancs, j’en ai toujours réclamé dans les bureaux et salles de réunions où je travaillais. Je trouve ça très pratique quand plusieurs personnes veulent échanger des idées.

Pour une utilisation quotidienne, j’ai acheté à chaque développeur de mon équipe (moi y compris) une ardoise Velléda de taille légèrement inférieure à une feuille A4. Achetées au moment de la rentrée scolaire, elles étaient d’un prix absolument dérisoire (moins de 2 euros). Même si les prix ont un peu augmenté depuis, il reste possible d’en trouver à 3 ou 4 euros.

Ardoise Velléda

Bref, cette ardoise Velléda m’a permis de réduire ma consommation de papier dans des proportions incroyables. Jusqu’ici, je gribouillais plein de choses sur des feuilles de brouillon ; vous savez, ces pages imprimées pour rien, par vous ou par d’autres, dont vous pouvez toujours utiliser le verso par respect pour l’environnement. Maintenant, j’utilise quasi-exclusivement ma tablette.

Quand je suis avec mon équipe et qu’on réfléchit à un design ou une spec technique, on dessine, on efface tout, on redessine, on efface un bout, on recomplète, et ainsi de suite. Et quand on arrive à un résultat satisfaisant, on se contente de photocopier la tablette. C’est facile, c’est rapide, c’est pas cher et il n’y a jamais de bug.

Je me rend bien compte qu’une tablette numérique apporte plein de fonctionnalités très intéressantes. Personnellement, j’attends de voir quelques-unes des tablettes Android qui ont été annoncées ces derniers mois. Mais dans un cadre professionnel, et à partir du moment où toute mon équipe est présente physiquement dans les mêmes locaux (ah oui, pour bosser à distance, ça le fait moins), c’est imparable : à 3 euros la tablette et 5 centimes la photocopie, difficile de rentabiliser un iPad à 500 euros !

Conclusion

Je sais qu’il n’y a rien de révolutionnaire dans le fait d’expliquer qu’on utilise des post-it, des stylos Bic et des tablettes Velléda. Mais comme ils sont devenus mon principal support (non-numérique) de travail, et comme j’ai passé pas mal de temps avant de trouver le format qui me convenait, je me suis dit qu’il fallait que je partage ça avec vous. Et c’est une illustration de plus que des outils «rustiques» ont toujours leur place au sein d’une entreprise high-tech. Comme beaucoup de choses, les outils que nous utilisons doivent répondre à un certain équilibre, dépendant de leur coût, leur ergonomie, leur fiabilité, leur « funkiness », leurs fonctionnalités, etc.

Je ne pourrais plus travailler sans email, ni Wiki, ni partage de fichiers. À vrai dire, je ne pourrais plus gérer mes projets personnels non plus.

Mais ce serait une grave erreur de mettre de côté ces matériels bureautiques qui ont prouvé leur utilité et continuent de le faire jour après jour.

Remarquez, cela peut aller plus loin que la simple organisation personnelle. Comme l’écrivait Florence (une lectrice de ce blog) sur son blog, un projet géré avec la méthode Scrum ne s’organise jamais aussi bien qu’avec un tableau blanc, des post-it, des ciseaux et du scotch.

J’ai d’ailleurs un exemple à ce sujet : Dans le cadre d’une refonte d’une base de données (j’y reviendrai bientôt dans un autre article), il fallait voir toute les tables d’un coup d’œil, les regrouper, les fusionner, et ainsi de suite. On aurait pu tout faire avec un logiciel ad hoc, mais nous avons préféré imprimer les tables, les découper, les étaler sur une table, les coller ensemble avec du scotch sur des feuilles, … Vous voyez l’idée. On avait ainsi l’impression de construire la nouvelle base de données avec nos petites mains. On rendait concrets des concepts clairement abstraits.

5 réponses sur “Des outil de travail rustiques”

  1. Sujet et billet intéressants ! Même si la technologie peut souvent être très pratique, rien ne vaut parfois un bon vieux stylo… Après avoir longtemps cherché un logiciel idéal pour gérer ma liste de choses à faire, et ne possédant pas de smartphone, je me suis tourné vers carnet + stylo (quelques euros, et toujours sur moi, utilisable dans n’importe quelles conditions, pas de soucis de batterie à charger…)

  2. @Paddy : Merci pour le commentaire.

    Personnellement, je n’ai encore rien trouvé de satisfaisant à 100% pour noter mes idées “en mobilité”. Quand j’ai mon sac à dos, j’y laisse toujours un bloc-notes et un stylo. Et quand je suis «les mains dans les poches», je m’envoie des SMS que je relis plus tard.

    Dans tous les cas, je garde les outils “classique” pour un usage sédentaire (à la maison ou au bureau), et les outils numériques sont nécessaires pour avoir accès à toutes mes données de n’importe où.

  3. Tout à fait d’accord sur cette analyse. Cependant chez nous, on trouve que la techno Velleda est beaucoup trop fragile, à cause du manque de visibilité sur l’autonomie d’un feutre, qui peut tomber en panne d’un instant à l’autre, et qu’il faut sans cesse soigneusement refermer alors que nous sommes encore en pleine réflexion !
    C’est pour cela que nous utilisons la techno ardoise (bretonne) + craie !

  4. Remarque intéressante. C’est l’extrême de la rusticité, ça !

    Je prends soin des feutres que j’utilise et j’en achète suffisamment d’avance pour que ce ne soit pas un problème. Et franchement, je ne pourrais plus supporter de me retrouver les doigts pleins de craie (par contre, à force d’effacer des bouts de dessins directement avec les doigts, je finis par ressembler à un Schtroumpf…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.