Les joies de Twitter

Dans mon dernier article, je parlais du sport consistant à jeter PHP aux orties, ou au contraire à défendre ce langage. J’ai donné mon avis sur le langage, en essayant d’exprimer les avantages que j’y trouve, sans pour autant fouler les autres technologies du pied. Pour faire un jeu de mot avec le titre de ce blog, j’ai nommé le billet «PHP, le langage pour les geeks et les directeurs techniques». Là où les choses deviennent amusantes, c’est lorsque l’article est entré sur les radars de quelques joyeux drilles sur Twitter.

Ah, Twitter… Le charme des 140 caractères, qui fait que les informations échangées perdent une partie de leur contexte. Notamment, je pense que les réactions les plus vives sont liées au fait que le jeu de mot du titre n’a plus aucun sens quand il est pris individuellement, et n’a pas été compris. Ce qui se voulait être un article factuel − bien que personnel − a dû être perçu comme de la prétention ; peut-être même comme de la provocation.

Avec toute mon innocence (dans le sens le plus péjoratif du terme), je pensais que les personnes qui lisent mon blog sont plus ou moins intéressées par ce qu’elles y trouvent. Personnellement, quand je lis un truc avec lequel je ne suis pas d’accord, je passe mon chemin ou j’entame la discussion ; mais ce sont les deux seules alternatives qui me semblent viables.

En l’occurrence, j’ai reçu des réponses assez véhémentes. Celles qui ont été faites par email ou par commentaire sur le blog ont au moins l’avantage d’entrouvrir la discussion. Et je vous passe les remarques qui décortiquent un passage particulier pour le tourner en ridicule, alors que mon article se voulait plus didactique que d’une précision chirurgicale.

Pour en revenir à Twitter, je n’en suis pas un énorme utilisateur (comparativement à d’autres sources d’information), ce qui explique peut-être mon étonnement. Je reste dans l’idée que je ne force personne à lire ce que j’écris ; je comprends qu’on puisse prendre des « morceaux choisis », comme l’ont fait certains, pour illustrer leur désaccord. Mais il y a quand même des phénomènes qui me laissent sans voix.

Les softs

Lui, il cite sur son compte Twitter des phrases qui le font marrer, qui sont censées être ridicules (il s’en est donné à cœur joie avec mon article, je suis heureux de lui avoir fait plaisir). Et donc là, il reprend ma citation de Rasmus…
Même en étant un fervent opposant au PHP, il faudra m’expliquer en quoi cette phrase est ridicule. La scalabilité du PHP lui permet d’être utilisé aussi bien sur un site perso que sur un truc énorme comme le trio Facebook/Yahoo/Wikipedia.
Mais bon, c’est sûrement lui qui a raison, hein.

Celle-là, je la trouve mignonne.

Ah ouais, pas mal, quand même. Le gars connait votre incapacité rien qu’en sachant avec quel langage vous programmez. Madame Irma en est jalouse.

Marrant, encore un avec une boule de cristal. Le fait d’utiliser PHP veut dire que je me fous de la qualité du code produit par mon équipe, que je m’assois sur la qualité des produits de mon entreprise, et que ma boîte n’est pas rentable ?
Attendez, je vérifie… Ah non, tout va bien, mais merci de t’en soucier.

Les évolués

Une arme ? Rien que ça ?
Il faut que je regarde derrière mon épaule quand je marche dans la rue ?

À part rigoler très fort, là, je ne vois pas…  😀

Épidémie de gastro ? Avalé un truc qui ne passe pas ?
Non, le garçon a lu un article qui ne cadrait pas avec son schéma mental au sujet de PHP.

Se mettre dans tous ces états pour une histoire de namespace… Votre vie doit être belle, les gars, pour ne pas avoir de sujets plus préoccupants à traiter.

Comme je le disais plus haut, j’en reste sans voix. Ça compte ?

Ah, je comprends : je suis tombé dans une cour de maternelle !

Le pompon

Dans le début de la discussion (non visible ci-dessous), on me prévenait que les « haters » étaient de sortie.

Donc ce monsieur, après avoir déversé son fiel, a besoin de lire celui des autres. À moins que ce soit pour s’assurer d’être dans le peloton de tête…
Voyeurisme ou narcissisme malsain ?

Conclusion

Wow, heureusement que je n’ai pas osé dire sur Twitter que j’ai une Playstation 3 et pas une XBox, qu’est-ce que ça aurait été ! J’ai un téléphone et une tablette Android, est-ce que les fanboys Apple vont m’agresser dans la rue ? Je suis à la fois français et québecois, quelqu’un trouvera bien une remarque raciste à faire, non ?

Je me doute bien qu’avec cette compilation de tweets, je mets un peu d’huile sur le feu. Bah, je préfère rire de tout ça en votre compagnie. Ce n’est pas bien grave. Au final, je vais continuer à ne pas faire attention à ce que ces personnes peuvent raconter, et je leur propose de faire de même avec moi.

Le seul truc qui me chiffonne un peu, c’est qu’il y en a un ou deux parmi ce petit groupe dont j’avais déjà apprécié les tweets. Ça va être difficile à l’avenir de discerner l’intelligence des propos en ayant en tête les messages de pure animosité puérile.

Edit : Je ne peut pas m’empêcher d’en ajouter un petit dernier, pour le plaisir.

Oui, effectivement, on ne fait pas le même métier. Parler aux gens comme à des être humains, pour moi, ça fait partie de la fonction.  😉

28 réponses sur “Les joies de Twitter”

  1. Bien, bien, bien… voilà un nouvel exemple du sectarisme des informaticiens. Oui oui, j’englobe toutes les parties de l’informatique puisque comme tu le soulignes à la fin de ton billet, ça touche aussi bien le développement que le choix de ton OS, de ton Windows Manager, de ton éditeur de texte, de ton IDE et j’en passe et des meilleurs.

    J’avais écris un petit billet il y a quelques années maintenant fortement centré sur Ubuntu mais si on change Ubuntu par PHP, c’est malheureusement d’actualité: http://totalement.geek.oupas.fr/article/2010/10/27/fire-in-the-hole

    Soyez libre Pensez comme moi, dirait tout ces gens !

    De tout ce que j’ai pu lire concernant les attaques contre PHP, un truc me choque. Ça donne l’impression que les gens sont mono langage. Évidemment, j’ai un langage de prédilection, celui que j’utilise le plus, mais je ne fais pas que du PHP et je suis toujours ouvert à l’apprentissage. C’est interdit ?

  2. Dommage pour de tel réaction, ton article était pourtant clair et précis sur ce que tu voulais exprimer et pas assommant de trollitude.

    J’ai l’impression que de moins en moins de gens savent tourner leur clavier autour de leur tour 7 fois avant de répondre à un sujet (cela doit venir de la massitude de portable et de terminaux mobile…), l’instantané et l’émotion prime plutôt que la réflexion.

    Bon courage pour la suite!

  3. C’est le problème d’internet, une énorme source d’information, et une population qui se croit intelligente parce qu’elle a accès à ces informations. Le problème c’est qu’elle est incapable de trier, analyser et en faire une synthèse.
    En plus de ça, la spontanéité des outils disponibles pour communiquer a retirer tout sens de la réflexion à ces individus. Au moins quand on écrivait sur du papier, on réfléchissait, on faisait un brouillon. Désormais les lecteurs ne font qu’exprimer une pulsion qui ne représente qu’un réflexe (je n’ai pas dit une réflexion) dénué de tout prise de recul.
    Ma crainte c’est qu’ils n’arrivent plus à dissocier ce fonctionnement de celui que l’on doit avoir en société. Mais c’est malheureusement déjà le cas dans le secteur informatique : qui n’a jamais vu un cht’i nouveau dire « mais c’est de la merde ce code ! », « pourquoi vous avez pas pris java ou dotNet, c’est bien mieux » …

  4. C’est assez excessif comme réaction. Au travail, je suis développeur java/j2ee, et pourtant je développe chez moi en php parce que le langage est simple et souple.

  5. J’ai vu passer dans ma timeline le tweet disant que tu fais du PHP parce que tu es incapable de faire autre chose.
    Et te connaissant, il m’a bien fait marrer et il prouve, s’il y avait besoin de le faire, que tout cela tient du subjectif et non de l’objectif, et qu’en conséquence, le combat est perdu d’avance : Don Quichote a essayé, et il n’a jamais gagné.
    Continue à faire ce que tu sais si bien faire, à savoir des trucs intéressants, utiles et sympas dans le respect des bonnes pratiques, en PHP, en C, en Cobol ou avec des langages de merde comme ruby ou python (là, je suis mort :)).
    L’important, pour un développeur, c’est de faire des trucs utiles en prenant son pied, peu importe la manière !
    Et pour l’utilisateur, l’important est la qualité du service rendu par le logiciel, pas le langage utilisé pour le concevoir !

  6. PHP a certainement ses défauts… J’ai d’ailleurs noté que tu avais commencé ton billet sur PHP en citant des blogs critiquant php. Tu permettais donc à chacun d’aller à la source pour se faire sa propre opinion avec les arguments de chacun. C’est donc un débat de gentleman que tu as proposé. Visiblement, tout le monde ne l’a pas pris ainsi…

    Ces réactions sur Tweeter me font penser à des fans de foot dans une tribune… Si ils avaient de vrais arguments à avancer, qui les empèche de venir « sur la pelouse » pour débattre dans les commentaires de ton blog ? C’est plutôt facile et lâche de ricaner dans son coin entre soi sur Twitter.

  7. Je vois pas à quoi tu pouvais t’attendre venant de twitter… pour 90% des messages c’est juste une grande cour de récré.

    Pour ce qui est de PHP… c’est un peu dérisoire de défendre un langage qui a atteint la masse critique. Si tu veux quand même le faire, tu peux le faire bien mieux que dans ton article, en évitant de dire des bêtises, notamment quand tu esquisses des comparaisons avec d’autres langages:

    – pour les autres langages, quand une version majeure est disponible, son taux d’adoption resterait faible: Et en quoi PHP serait différent des autres là-dessus ? qui se souvient de l’initiative gophp5 ?

    – Python utiliserait ‘::’ comme séparateur de namespace: Vraiment ? Je n’ai jamais vu ça dans un source python. J’ai toujours vu ‘.’.

    – le duck typing serait un frein à la pérennité et à la stabilité: du FUD de base, ça décrédibilise totalement ton article.

    Il y aurait beaucoup à dire sur le reste. Là où tu vois des avantages je vois souvent des verrues, mais je ne vois pas l’intérêt de critiquer encore PHP, la situation n’est pas prête de changer et les alternatives sont là.

  8. Toutes les personnes que je connais qui critique PHP (au point cité dans les tweets) c’est qu’elles sont resté sur PHP3 et n’ont jamais pris la peine de voir que même si y a la rétrocompatibilité, le langage a énormément changé.
    Je suis le premier à crier dans mon bureau que « PHP c’est de la merde !!! » mais je suis aussi le premier à crier « Putain JAVA c’est de la merde en PHP ca se fait en 2lignes !!! »
    On dit souvent « il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis » ?

    Signé un grand fan des fonctions anonymes, des methodes magiques, et surement bientot de PHP AOP 😉

  9. Quand j’aborde un bout de code qui me semble obscur ou inutilement compliqué, je commence en général par m’exclamer « mais c’est de la merde ce truc » puis en creusant un peu le plus souvent ça devient plus nuancé. Voire je me rends compte que j’aurais pas fait mieux tous comtes faits. Et ça vaut pour d’autre domaines.

    Le problème des commentaires sur Twitter c’est qu’en général on se limite à la première partie… À tel point que ça m’est arrivé plusieurs fois de supprimer un de mes tweets deux minutes après l’avoir posté en me rendant compte que j’etais allé trop vite et que j’étais à côté de la plaque.

    Mais dans l’ensemble je ne suis pas sûr que tout le monde poursuive la réflexion au delà de la première impression… Et on y est d’autant moins encouragés que la plateforme n’est absolument pas faite pour ça.

  10. Faut les comprendre aussi , c’est frustrant de voir que le premier amateur venu peux lui aussi faire un site internet / script , et de surcroît plus facilement qu’avec « leur » langage , forcément meilleur.

    Cet article,c’est accordé trop d’importance à des mecs qui ont l’esprit aussi ouvert qu’une porte de prison. Je me souviens qu’à l’époque de la vague java des mecs qui faisaient du C (voir pire de l’asm) tenaient les même genres de discours. des truc du genre « Lol un langage avec un GC c’est pas un langage ». 10 ans plus tard ces même haters font tous du java parce que finalement c’est quand même vachement pratique ce GC …

    Bref PHP est loin d’être parfait , n’importe quel développeur bidouilleur PHP le sait, mais le fait est qu’il est ultra populaire et utiliser par les plus grands , ce qui n’est probablement pas un hasard.

  11. @desfrenes : Reprenons point par point.
    – J’ai l’impression (très subjective, je te l’accorde) que le passage de PHP 4 à PHP 5 a été plus rapide que le passage de Perl 5 à Perl 6 ou de Python 2 à Python 3.
    Perl 6 reste très très peu utilisé. Et tant que Django ne supportera pas Python 3 (sorti il y a 3 ans et demi), la migration aura du mal à se faire.
    Si on regarde plus récemment, les version 5.3 et 5.4 de PHP auraient pu (dû ?) être considérées comme des version majeurs. Ce n’est pas le cas à cause du « traumatisme » PHP 6. Et j’ai l’impression (encore une fois très subjective) que le passage à ces version se fait tranquillement au fil du temps, mais sans heurt majeur.

    – Concernant les séparateurs de namespace, tu as raison. Je pensais au Ruby. Je corrige ça dans l’article. Merci de me l’avoir signalé.

    – En relisant l’article, je comprends qu’on puisse l’interpréter en croyant que je n’aime pas le duck typing. Mon point était de dire que le PHP essaye de réaliser le grand écart de satisfaire à la fois les partisans du typage très dynamique et ceux du typage explicite ; et, de mon point de vue, il le réussit plutôt pas mal. Et donc, je voulais dire que les développeurs qui sont attachés au typage explicite des variables peuvent ne pas se satisfaire du duck typing.

    Je disais quand même : « Cette manière de faire est suffisante la plupart du temps ; mais quand on veut écrire du code stable et pérenne, ça peut ne pas être assez.»

    Alors bon, ne me fait pas non plus un procès d’intention, s’il-te-plait.

  12. Je me demande bien ce que peuvent penser des décideurs de services informatiques en lisant de telles réactions à ton post qui ne fait en rien l’apologie d’un langage par rapport à un autre, mais au contraire, qui s’attache à démontrer que certains usages conviennent très bien à PHP. Tout comme Java, Python, Ruby, etc ont leurs applications, le PHP a sa place également et il faut vraiment être bête ou très limité pour dire, et surtout croire le contraire !

  13. @PéCé : Mmh… je pense qu’il existe deux types de « décideurs ». Ceux qui vont utiliser des technos rassurantes (parce qu’elles leur ont été « vendues » par les magazines qui leur sont adressés, par les SSII qui les utilisent, par les grosses entreprises qui en font la promotion), et ceux qui n’ont pas peur d’expérimenter des solutions plus souples / adaptées / modernes.
    Mais, dans tous les cas, je ne pense pas qu’ils soient influencés par les discussions de cour d’école qu’on peut trouver sur Twitter.

  14. J’ai édité l’article, pour ajouter une dernière contribution pleine d’esprit. J’espère que vous l’apprécierez autant que moi 🙂

  15. Visiblement, on a beau s’exprimer avec plein d’humilité, ça n’empêche pas les rageux de vomir sur notre opinion. Un peu comme si on leur avait demandé leur avis…

  16. « Les chiens aboient, la caravane passe. »

    Chaque année, on a une nouvelle techno qui va soi-disant enterrer PHP. On a eu l’usine à gaz Rails, son clone Django, Node et dernièrement Vert.X. Au final, ça reste des alternatives de niche pour les geeks en mal de nouveauté ou d’identité (Cf. Twitter).

    PHP, c’est comme les USA : des défauts, c’est certain, mais aussi de grandes qualités !

    😉

  17. « Right tool for right use », c’est ma devise. Si PHP [ou remplacez par n’importe quel sujet à troll] ne méritait pas d’exister, ça se saurait.

    Je t’envie, tu as du bien rigoler !

  18. Rubyiste et fervant défenseur de Rails, je respecte ton point de vue. C’est vraiment débile de la part de ces personnes (même s’il y a beaucoup de 2nd degré dans les messages, ce qui reste toujours délicat sur Twitter).

  19. @Adrien : Oui, je me suis bien marré.
    Je dois reconnaître que les attaques personnelles m’affectent forcément. Mais quand ça devient aussi puérile et ridicule, on dépasse ce stade très très vite.

    Le plus navrant, c’est que ces enfantillages ne proviennent pas que de jeunes passionnés, mais aussi de personnes qui sont censés être des professionnels expérimentés, devant gérer des projets et des hommes…

    À côté de ça, je repense à l’attitude de Rasmus : Il est cool, il s’entend très bien avec les contributeur des autres langages, parce qu’il sait qu’il partage les mêmes problématiques et les mêmes buts finaux.
    Il y a ceux qui sont tout en haut, largement au-dessus de toutes ces querelles de clochers, et ceux qui sont tout en bas, prompts à défendre leur petit pré carré en brûlant celui des voisins.

  20. Hello Amaury,

    ça faisait un moment que je n’avais pas fait un petit tour sur ton blog.
    Ta petite aventure ne m’étonne pas du tout.
    Qui plus est avec mon profil pas vraiment mordu de techno. Du coups, les remarques de ces personnes sensées être plus calées que moi me semble bien risibles.
    Au boulot, je bosse avec une techno et un langage antédiluvien.
    On pourrait cracher et vomir toute la journée dessus. Et pourtant on fait avec et on arrive à pondre un produit qui, pour l’utilisateur, n’a pas beaucoup de différences avec un autre utilisant des techno modernes.
    Parce-que même avec des vieux outils, on peut travailler proprement.

    En tous cas, te connaissant assez bien ;), je ne doute pas une seconde que ces remarques ont du bien te faire rire.

  21. Guy Kawasaki dans guykawasaki.com/enchantment parle notamment de ne pas hésiter à polariser les gens. Il y a bien des gens qui aime pas les iPhone blanc (ils sont bizarre).

    J’espère ne pas me mordre la queue en disant ça, mais j’ai bien comme objectif de faire la java : Le PHP n’est pas un ruby ou une perle, mais c’est un joli bijoux.

    La polarisation et l’enchantement que ce blog génère est un petit spectacle.
    Merci,

    Hadrien

  22. C’est un exemple magnifique d’intolérance humaine et de dissonance cognitive: dans tous les langages, informatiques ou verbales, il est possible d’exprimer la plus extrême des conneries comme la plus raffinée des philosophies. Je le rajoute à ma collection.

  23. Bonjour,

    Je n’ai pas souhaité participer au pugilat des commentaires sur PHP, sachez juste que j’ai trouvé que l’exercice d’écriture était un bel effort de synthèse, cette dernière forcément influencée par votre expérience.

    Quant à Twitter, les retours que vous avez eus ne m’étonnent pas vraiment, étant donné la tendance à la montée de l’individualisme sur les réseaux sociaux, ce qui constitue un paradoxe passionnant… mais aussi un peu triste.


    Gorby.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.