Le vocabulaire teinté

J’ai déjà parlé des problèmes liés aux noms de code (à la con) donnés aux projets.
Là, je partage avec vous une anecdote assez marrante, mais au final assez crispante quand elle se renouvelle tous les jours. Elle date d’il y a 3 ans, mais reste complètement d’actualité.

Je vous fait grâce du contexte. Mais, dans l’entreprise qui nous a rachetés, il y a des webservices qui permettent d’accéder à différents types de données. Il y a plusieurs webservices différents, avec pour chacun des versions différentes, tout ça étant très bien géré (on sait jusqu’à quelle date une version spécifique sera supportée, on est accompagné quand il faut migrer de version).
Ce sont des webservices comme on les faisait partout il y a quelques années, à base de SOAP, sûrement écrits en Java.

Il a été décidé que les nouveaux webservices devraient être plus souples d’utilisation − ce qui est une très bonne chose évidemment − et cela passe notamment par une communication REST-like : les paramètres sont envoyés en GET ou en POST, et les résultats sont récupérés en XML ou en JSON.
Bref, l’évolution technique n’est pas fondamentale.

Au fil du temps, les gens ont développé un vocabulaire assez étrange et amusant. Ils parlent du webservice pour parler des anciens webservices, et de l’API pour parler des versions plus récentes.
En soi, c’est marrant. De mon point de vue, les termes “webservice” et “API” sont plus ou moins interchangeables. Un webservice expose une API ; une API repose sur une solution technique (bibliothèque de fonction, webservice, CORBA, …).

Il y a 3 ans, j’avais donc reçu un email qui m’avait vraiment fait rire. Petit extrait :

Au même titre qu’aujourd’hui vous récupérez (…) via un WS, demain vous récupéreriez via une API (vu que les WS ne sont plus en vogue il me semble)

Bon, c’est un peu méchant de se moquer de personnes non techniques, lorsqu’elles doivent manipuler du jargon technique.

Ce que tout ça montre, c’est que toute entreprise développe son propre vocabulaire. C’est normal. Et la plupart du temps, certains termes ou expressions sont utilisés avec une signification particulière, parfois très éloignée de leur définition initiale. Ceci s’explique souvent par des raisons historiques : quelqu’un a utilisé un terme dans un contexte donné, et d’autres personnes l’ont réutilisé pour parler de la même chose, mais dans un contexte différent qui aurait dû en changer le sens.

C’est d’ailleurs un fait connu en linguistique.

De manière générale, il faut accepter la chose et apprendre ce vocabulaire qui est teinté par la vie de l’entreprise. Avant la création de mon entreprise actuelle, j’ai travaillé dans une société où la multiplication des acronymes et des contre-sens avait poussé à écrire un lexique pour regrouper tous les termes propres au secteur industriel concerné en général, et à cette entreprise en particulier ; très bonne initiative, confiée au département juridique…

Je dis ça mais, il n’en reste pas moins que j’ai du mal à dire « webservice » et « API » comme si c’était des termes complètements antinomiques.

Une pensée sur “Le vocabulaire teinté”

  1. C’est du vécu également =) (notamment sur le mot API…mais bien d’autres) néanmoins j’essaye de reprendre mes interlocuteurs, car cela permet ensuite d’avoir un langage plus commun, ce qui facilite l’entrée de nouveaux membres dans les projets (nouvelles recrues, consultants, partenaires…) evite les quiproquos, et permet aux plus jeunes d’acquerir les bonnes terminologies si ils changent de jobs etc.

    Bien sûr celà depend du profil en face aussi, si c est une relation de courte durée ou un profil non technique on ne va pas s’acharner =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.