20 ans d’expérience (5) : quelle sera la révolution des années 2020 ?

D’accord, j’ai menti en disant que le précédent article serait le dernier consacré à mes 20 ans d’expérience. Enfin, j’ai menti à moitié : j’ajoute un cinquième article dans lequel je vais regarder vers l’avenir, au lieu de faire un bilan des années écoulées.

Vous pouvez lire les précédents articles, consacrés aux soft skills, au management, au recrutement, et à l’informatique.

Avant de m’intéresser à l’avenir, je vais d’abord revenir en arrière, sur les 44 dernières années pour être précis.

Un peu d’histoire

Les premiers micro-ordinateurs personnels sont apparus dans la seconde moitié des années 1970 (Commodore PET, Tandy TRS-80 et Apple II en 1977 ; Atari 400 et 800 en 1979). Ils ont commencé à se démocratiser avec les machines bon marché dans les années 1980 (Commodore 64 en 1982, compatibles MSX en 1983, Amstrad CPC en 1984, Atari ST en 1985, Amiga 500 en 1987).

En haut : Commodore 64c – Amstrad CPC 464
En bas : Atari 520 ST – Amiga 500

Mais il n’ont commencé à véritablement se répandre que dans les années 1990, notamment grâce aux compatibles PC sous Windows 95. Dans les années 2000, une majorité des foyers avaient au moins un micro-ordinateur.

Les CD-ROM ont été inventés au début des années 1980, et ils ont participé à l’intérêt général pour les ordinateurs dans les années 1990. Très utilisés dans les années 2000, aussi bien pour les jeux vidéo que les contenus multimédia de toutes sortes, ils ont décliné dans les années 2010 au fur et à mesure que l’accès à Internet s’est généralisé.

L’accès aux réseaux en ligne grand public a naturellement suivi l’évolution de la micro-informatique. Les premiers serveurs locaux accessibles par modem sont apparus à la fin des années 70 et au début des années 80, mais ils étaient très confidentiels (comme la micro-informatique en général). Les choses ont changé avec les réseaux propriétaires qui ont commencé à se faire connaître du grand public dans les années 1990 (CompuServe, America Online, The Microsoft Network, Apple eWorld, ou encore la tentative française Le Village Électronique).

Apple eWorld

Si Internet prend ses origines dans le réseau ARPANET en 1969, son usage premier a longtemps été le courrier électronique. De son côté, les bases du Web (construit par-dessus Internet) existaient en 1990, mais il a fallu quelques années pour qu’il soit vraiment utilisable. À la fin des années 1990, c’était un nouvel eldorado, et le web est définitivement entré dans les usages pendant les années 2000.

Les premiers téléphones portables sont apparus au début des années 1980. Mais ils n’ont été accessibles pour le plus grand nombre qu’à la toute fin des années 1990. Au début des années 2000, il paraissait évident que la téléphonie mobile allait concentrer bon nombre d’innovations technologiques.
Les années 2000 ont vu l’usage exploser. L’arrivée de l’iPhone en 2007 et des terminaux Android en 2008 a marqué l’avènement des smartphones. De nos jours, les trois-quarts de la population française possède un téléphone portable, et c’est la porte d’entrée principale vers Internet (source).

Une révolution par décennie

À la lumière de toutes ces innovations, et des révolutions d’usage qu’elles ont apportées, on peut voir qu’entre le moment où une technologie apparaît et le moment où elle devient incontournable, il s’écoule un certain délai. En simplifiant à l’extrême, on peut voir aussi que chaque décennie incarne un nouvel usage grand public :

  • ’80 : micro-informatique
  • ’90 : multimédia
  • 2000 : Web
  • 2010 : smartphones

Mais alors, quelle va être la grande innovation des années 2020 ? A priori, elle a déjà été inventée, alors elle devrait sembler évidente, non ?

Ne me parlez pas des montres connectées ! Je ne crois pas un seul instant que ça va être une révolution au même titre que les ordinateurs, le web ou les smartphones…

Qu’est-ce qu’on peut imaginer ?

J’aimerais que les choses avancent du côté de la détection des ondes cérébrales, qui nécessite actuellement des casques assez imposants.

© Emotiv

La miniaturisation a déjà commencé, avec des écouteurs audio qui intègrent des capteurs qui permettent de détecter le niveau de stress et de concentration de leurs utilisateurs.

© Emotiv

Mais bon, on n’en est pas encore à contrôler les fonctionnalités de son smartphone par la pensée. Parce que ça, par contre, ce serait super cool.

8 commentaires pour “20 ans d’expérience (5) : quelle sera la révolution des années 2020 ?

  1. Pour moi clairement c’est l’intelligence artificielle. On arrive à faire des choses de plus en plus poussée , de plus en plus intégré (plus forcément besoin d’un SLI de RTX) et ca va changer la vie des gens assez drastiquement :
    – La conduite autonome va devenir inévitable dans un futur plus ou moins proche
    – Prévention et détection de tout un tas de maladie
    – Simplification de la vie de tous les jours ( genre les magasin amazon sans caisses)

  2. Je pense que la révolution de cette décennie pourrait bien être celle de la réalité augmentée, sur lesquels les géants travaillent tous depuis des années mais qui pourrait bien se concretiser d’ici 5 ans avec l’arrivée de vraies wareables (lunettes). Le projet d’Apple dans ce sens semble bien avancé et le lancement de leur casque VR l’année prochaine devrait permettre aux développeurs de travailler sur les usages.

  3. Je suis d’accord avec Grunk.
    Pour moi, c’est l’ia, et probablement aussi la vr voir la realité augmentée avec des lunettes de plus en plus fines. Et la cloudisation de l’ensemble de nos données. et l’interconnection de tout via la 5G

  4. Je suis d’accord pour l’IA. Ça va changer durablement les choses, que ce soit en positif (les exemples donnés par Grunk), ou en négatif (tous les emplois qui peuvent être remplacés par une IA le seront à terme).

    Par contre, la réalité augmentée, c’est un peu comme les montres connectées, je n’y crois pas vraiment. Est-ce que vous pensez vraiment que tout le monde va s’acheter des lunettes connectées, juste pour voir des choses en surimpression du monde réel ? Je ne dis pas que ce ne serait pas utile, je doute juste du fait que ça atteigne le même taux d’équipement que les smartphones ou les ordinateurs.

    Il n’empêche qu’en terme d’interface homme-machine, pouvoir commander son smartphone par la pensée, ce serait vraiment bien.
    N’étant pas utilisateur des assistants vocaux et autres enceintes connectées, je ne me rends pas compte de la révolution d’usage qu’ils représentent. Mais la pensée, c’est encore mieux que la voix, non ?

  5. Moi j’y crois à la réalité augmentée. Les lunettes sont un objet de mode comme un autre, si demain on propose des lunettes avec sonorisation par conduction osseuse (voir bose, qui vend un modele de lunette qui ne fait que ça) et des écrans intégrés aux verres sans que les lunettes soient plus grosses, avec derriere de l’ia pour de vraies fonctionnalités intéressantes, je pense que ça va faire un tabac. C’est comme les tels, on ne pensait pas que ca prendrait en 2000 parce qu’on arrivait pas à imaginer des tels avec des écrans de suffisament bonne qualité et suffisaement legers et puissants pour rivaliser avec un ordi. On s’est sallement trompé. Si demain le meme progrés est appliqué à des lunettes, je pense que ca peut devenir dément. Surtout si tu couples ça avec un captage limité des « pensées » et du coup une commande sans les mains.

  6. En fait j’ai ré pensé à ce sujet et je me dit qu’une autre possibilité de révolution c’est les écrans ultra fins et flexibles, qui vont probablement changer pas mal de choses (je pense aux tels galaxy qui sont assez hallucinants quand on y pense).

  7. Pour les lunettes, je reste sceptique. Mais c’est vrai qu’avec de la détection des ondes cérébrales + musique par conduction osseuse + écran intégré (je parle d’écran sur la totalité des verres de lunettes, pas d’un petit truc minuscule dans un coin comme avec les Google Glass) + caméra intégrée (mon rêve est toujours de pouvoir zoomer ma vue à la demande), ça commencerait à devenir très intéressant.

    Pour les écran flexibles, je te rejoins. Ça ouvre de grandes possibilités d’innovations.

  8. Moi je pense à une dématérialisation des écrans et des ordis en fait même. Dans quelle mesure la rapidité de connexion de la 5G ne nous permettrait pas travailler sur une machine distante avec toute la puissance de processeur qu’on pourrait imaginer. Et pour les écrans, ça se cherche avec les écrans pliables etc. Mais pourquoi pas passer à des « projecteurs » portatifs permettant d’avoir ton même écran partout ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.